Avec l’arrivée au ministère du Travail de Myriam El Khomri, le gouvernement a été déséquilibré au point de créer une petite révolution dans le monde politique…

Pour la première fois dans la vie politique française, il y a plus de femmes que d’hommes dans le gouvernement.

En effet, la nomination mercredi de Myriam El Khomri au poste de ministre du Travail, en lieu et place du démissionnaire François Rebsamen, a déséquilibré le gouvernement jusqu’alors composé d’autant d’hommes que de femmes.

A lire aussiMyriam El Khomri : l'ascension fulgurante de la nouvelle ministre du Travail

Le gouvernement compte 9 femmes pour 8 hommes

Le gouvernement (en excluant les ministres délégués et les secrétaires d’Etat) compte désormais 9 femmes pour 8 hommes, une première depuis l’apparition de la gent féminine aux affaires lors du Front populaire, en 1936.

Si les femmes sont maintenant majoritaires, elles ne le sont pas aux postes dits régaliens. Seule Christiane Taubira l’est en tant que garde des Sceaux, au milieu de Laurent Fabius (ministre des Affaires étrangères), Bernard Cazeneuve (ministre de l’Intérieur) et de Jean-Yves Le Drian (ministre de la Défense).

En tout, 121 femmes ont été à des responsabilités

Comme l’explique le Parisien, depuis leur arrivée au pouvoir en 1936, 121 femmes ont été dans des gouvernements, dont 115 depuis la Vème République. Les femmes ont commencé à arriver en nombre à partir du premier gouvernement de Jacques Chirac en 1974 avec 6 femmes, toutes places confondues. Le double a été franchi lors du premier gouvernement d’Alain Juppé en 1995 avant de franchir la barre des 20 femmes lors du premier gouvernement de Manuel Valls en 2014.

Publicité
Dans l’histoire, seule une femme a été Premier ministre, Edith Cresson, de 1991 à 1992 ; et une femme a occupé tous les postes régaliens (Intérieur, Défense, Justice, Affaires étrangères), il s’agit de Michèle Alliot-Marie, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Vidéo sur le même thème : Myriam El Khomri, nouvelle ministre du Travail