Le Premier ministre socialiste a prononcé ce mercredi un discours lors de l’université d’été du Medef. Ovationné par l’assemblée, Manuel Valls essuie désormais les critiques de la gauche de la gauche.

Manuel Valls a prononcé un discours pro-entreprises et patronat ce mercredi, à l’université d’été du Medef. Conquis par ses propos à forte teneur sociale-libérale, le syndicat du patronat a ovationné le Premier ministre.

Toutefois, un tel discours - deux jours seulement après le renvoi du gouvernement des ministres de l’aile gauche du PS - n’a pas apaisé les remous dans le camp socialiste. En effet, le Premier ministre a déclaré "aimer l'entreprise" et a appelé à cesser "d'opposer la gauche et le monde de l'entreprise". "Quand les entreprises gagnent des marchés, c'est la France qui gagne", a-t-il ajouté.

Pour Laurent Baumel, le leader des députés frondeurs du PS, il s’agit d’un "copié-collé" des discours de Tony Blair "dans les années 95-97-99 en Angleterre". S’exprimant sur BFMTV, le député d’Indre-et-Loire a estimé que le discours était "une proposition idéologique pour rompre avec tout ce à quoi nous avons cru à gauche depuis des décennies." "C'est la première fois, je crois, qu'un Premier ministre socialiste va faire applaudir des piques contre des députés socialistes par un syndicat patronal", a-t-il encore poursuivi.

Olivier Dartignoles, le porte-parole du Parti Communiste, a également pointé le fait que, "pour la première fois, un Premier ministre lâche ses coups en stigmatisant par ses moqueries les députés socialistes de sa propre majorité". Le membre du PC s’est en outre dit sidéré par "la convergence d’intérêts et d’objectifs" entre le patronat et "l’homme du Bourget".

A lire aussi : Macron prêt à "déroger" aux 35h : l’interview choc du nouveau ministre

Pour le Parti de Gauche - dont Jean-Luc Mélenchon a récemment quitté la direction – Manuel Valls sème le trouble : "le président du Medef applaudit le Premier ministre. Ou l'inverse. On ne sait plus trop qui est qui..."

 

 

De son côté, le secrétaire général de Force ouvrière Jean-Claude Mailly s’est moqué de la "standing ovation" reçue par Manuel Valls, rapporte l’AFP. Selon lui, le Premier ministre est simplement "bon communicant".

"Le Premier ministre a choisi de venir faire applaudir sa politique par le Medef, le jour même de la publication des chiffres du chômage qui continuent d'augmenter", a déploré dans un communiqué Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT.

Publicité
Si une partie de la gauche a été choquée par la déclaration d’amour de Manuel Valls aux entreprises, le président du Medef Pierre Gattaz a salué "un discours de lucidité, de pragmatisme de clairvoyance (…) et de courage". "Il a fait sauter des tabous aujourd’hui", a-t-il ajouté.

 > Vidéo sur le même thème : "Il est absurde de parler de cadeaux fait aux patrons" affirme Valls