Selon l’Express, Paris s’apprêterait à vendre au royaume arabe un magnifique palais qui abrite l’Institut culturel français, basé à Vienne. Un projet qui suscite l’indignation même de l’Autriche.

Selon l’Express, le ministère des Affaires étrangères serait en négociations exclusives avec le Qatar pour lui vendre le Palais Clam-Gallas, une demeure exceptionnelle qui abrite en son sein l’Institut culturel français.

Ce bâtiment installé dans la capitale autrichienne, et "connu de tous les Viennois", est un palais construit en 1834, classé monument historique. Il avait été acquis par la République française aux héritiers d’une famille noble dans les années 1950, comme un symbole de la coopération entre l’Autriche et la France après la Seconde Guerre mondiale. A l’intérieur, l’Institut français fera, quoi qu’il arrive, son déménagement l’été prochain pour un quartier en périphérique de Vienne.

La France se séparerait de son bijou car trop coûteux en entretien et en rénovation. Le Quai d’Orsay estime ainsi le bâtiment surdimensionné et dont la rénovation coûterait 4 millions d’euros. Concernant la vente, le conseiller de l’Assemblée des Français de l’étranger, Louis Sarrazin, parle d’un montant "record" de 23 millions d’euros.

L’Autriche, pays francophone, ne comprend pas la décision de la France

Cependant, sa possible revente à l’émirat suscite sur place l’indignation. Selon l’hebdomadaire, le maire de Vienne, le chancelier et même le président de la République, "tous trois sociaux-démocrates et francophiles, sont intervenus, en vain."

Il faut dire que l’Autriche, Etat observateur de la Francophonie, est un pays francophone. Comme le rappelle l’Express, la langue de Molière est la deuxième enseignée à l’école et la radio publique ORF diffuse quotidiennement des informations en français. Les jardins du palais abritent également le très réputé lycée français (1 800 élèves, 200 professeurs).

Publicité
Sous couvert d’anonymat, un diplomate assure être gêné par cette transaction. "Dans la maison, personne ne comprend les motivations réelles de cette opération alambiquée et qui se fait en catimini, mais [Laurent] Fabius y tient absolument", résume-t-il. Une pétition a été lancée sur internet contre la vente de ce palais exceptionnel. Pour l’instant, plus de 6 500 personnes l’ont signée dont des Philippins, Anglais ou Singapouriens.

Vidéo sur le même thème : "Séquestré au Qatar" pendant cinq ans, le professeur des écoles raconte 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité