Paul et ses quatre enfants se sont joint à un recours en justice initié par des avocats pour empêcher le parti de droite de se rebaptiser "Les Républicains".

Le changement de nom du parti de droite va se faire dans la douleur… Lors du prochain congrès qui se déroulera à la fin du mois de mai, l’UMP devrait en effet changer d’appellation pour devenir "Les Républicains".

Or, même à l’intérieur du parti, l’enthousiasme ne déborde pas à l’idée de rebaptiser le parti de la sorte. Les militants et sympathisants de droite ne sont eux aussi pas franchement emballés par ce choix.

Mais un autre coup dur est venu de là où on ne l’attendait pas : une famille du Sud-Ouest va en effet attaquer en justice l’UMP pour ce changement de nom, révèle Le Figaro. Et pour cause, la famille s’appelle… "Républicain" !

A lire aussi - "Les Républicains" : Nicolas Sarkozy fâche le PS

"On estime que ce monsieur (Nicolas Sarkozy) n'a aucun droit pour prendre notre nom. Qu'il prenne un autre nom !", s’insurge Paul, le père âgé de 60 ans, installé dans l’Aveyron. "Se revendiquer républicain, c'est un droit qui appartient à tous les Français.", déclare celui-ci en jurant que son action en justice n’est pas téléguidée par un autre parti.

"Avec le collectif, ça nous permet d'avoir une chance"

"Personne ne nous a contactés, déclare Thierry, le fils. Quand on a appris que l'UMP allait se renommer « Les Républicains », on a organisé une réunion de famille. Elle a été très courte puisque tout le monde était d'accord. Pourtant nous avons des opinions politiques différentes".

Publicité
La famille va donc mener le combat devant la justice en se joignant à un collectif crée par des avocats pour s’opposer à ce que l’UMP devienne "Les Républicains". Un collectif qui compte, entre autres, les ex-ministres Jean-Louis Bianco, Christian Sautter et Jean-Pierre Chevènement. "On est des petites gens nous. Je pense que si nous étions seuls, nous n'aurions pas les moyens financiers. Avec le collectif, ça nous permet d'avoir une chance", veut croire Thierry Républicain.

Le changement de nom de l’UMP sera acté les 28 et 29 mai à l’issue d’un vote des militants, avant le grand congrès du 30 mai portant sur la révision des statuts du "nouveau" parti.

Vidéo sur le même thème : "Les Républicains" : la fausse bonne idée de N. Sarkozy ?