Diffusé mercredi soir sur "France 3", le magazine "Pièces à conviction" s'intéressait aux postes privilégiés dans la haute fonction publique. Parmi eux, les "préfets hors cadre".

Le magazine Pièces à conviction, diffusée mercredi soir sur France 3, s'intéressait aux "Jobs en or de la République" comme l'indique le titre du reportage. Parmi ces "jobs en or", celui de "préfet hors cadre", retient l'attention. 

A lire aussi François Hollande recase (encore) un ancien ministre

De manière générale, le préfet est le dépositaire de l'autorité de l'Etat dans le département. Sauf que certains préfets ne sont rattachés à aucun territoire, tout en ayant des missions qui leur sont confiées par le gouvernement. Une situation dénoncée en juillet 2014 par la Cour des comptes qui s'alarmait qu'en 2013, sur un effectif de 250 préfets gérés par le ministère, seuls 127 étaient affectés à un poste territorial et 75 avaient le statut de "préfet hors cadre". Dans son rapport, l'institution était même sévère à l'égard de ce phénomène, estimant que certaines missions sont données à des préfets pour leur "trouver une occupation".

"Vous attendez un coup de téléphone qui n’arrive jamais"

Dans le documentaire de France 3, le préfet Daniel Matalon, nommé par Nicolas Sarkozy, raconte comment il s'est retrouvé sans affectation après l'élection de François Hollande. "La position hors cadre signifie que vous êtes payé et que vous attendez qu’on vous donne une mission… Ça peut paraître très sympathique pour le commun des mortels qui se dit : 'Qu’est-ce que c’est ce fonctionnaire qui est payé à ne rien faire ?’ C’est en réalité très désagréable. Parce que vous êtes là, vous attendez un coup de téléphone qui n’arrive jamais", fait-il savoir.

Publicité
Le nombre de préfets hors cadre est en constante augmentation, indique 20 minutes. Ils étaient 44 en 1987, 69 en 2005, et donc 75 en 2013. Une augmentation qui coûte cher à l'Etat. Une fois titularisé (après 2 ans), le statut de préfet est garanti à vie et le salaire est de 6 à 12 000 euros net par mois (avec une retraite minimum de 4 000 euros).

Vidéo sur le même thème : Le recasage politique, une pratique courante à gauche comme à droite

Publicité