Jérôme Cahuzac, mis en cause dans la désormais célèbre affaire qui porte son nom , continue de faire la polémique. L'ancien membre du gouvernement aurait demandé par écrit à l’Assemblée nationale le remboursement de ses notes de frais. Une demande qui a fait grincer des dents les députés.

© AFP

Jérôme Cahuzac aime apparemment donner le bâton pour se faire battre. L’ancien député du Lot-et-Garonne a fait une demande écrite à la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale dans le but de recevoir le remboursement de ses frais de député. L’une de ces requêtes concernerait un plein d’essence pour un trajet entre Villeneuve-sur-Lot et Paris. Suite à cette note, les députés présents se sont dits "furieux" et "estomaqués" par cette démarche plutôt incongrue. Les parlementaires qui composent cette commission ont refusé unanimement cette réclamation de l’ancien ministre du Budget.

Des frais peu professionnels

Publicité
Selon Mediapart, Jérôme Cahuzac utilisait ses indemnités professionnelles pour des achats plus que personnels. Le site d’information s'appuie notamment sur une note de service Tracfin, l’organisme de lutte contre les circuits financiers clandestins dépendant de Bercy. Dans cette note, il est écrit qu’avec son indemnité de frais de mandat (IRFM), l’ancien député du Lot-et-Garonne aurait dépensé plus de 8000 euros dans un hammam de sa circonscription. Il aurait aussi acheté une piscine, un abonnement à Canal Plus et Canal Satellite ainsi que des habits de luxe. Cette note ne recense que les achats de ses 6 derniers mois en tant que député, de janvier à juin 2012. D'ordinaire, il faut savoir que l’usage de cette IRFM par les députés n’est en aucun cas contrôlé par les services fiscaux de l’Etat.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité