En 2010, la présidente du Front national a créé un autre parti... Un parti parallèle... A ce moment-là, le FN se trouvait en grandes difficultés financières. Tous les détails avec Planet.fr.

Le 9 novembre 2010, il y a deux ans, le Front national connaissait des grosses difficultés financières. Des proches de Marine Le Pen avaient alors déposé les statuts d'un nouveau parti, en catimini. Le nom de ce parti ? Jeanne, comme Jeanne d'Arc...

Le petit parti a pris ses quartiers dans le XVIe arrondissement de Paris, avenue Victor Hugo. Et pour sa première année de vie, ce parti, où le nom de Marine Le Pen n'apparaît sur aucun document, a réussi à récolter pas moins de 1,98 million d'euros. Dont une grosse partie donnée directement par les candidats FN aux élections cantonales...

Jeanne, sur les pas de CotelecEn effet, le parti s'occupe des dépenses des candidats pour leurs élections (imprimerie, site internet, création d'un logo...) et leur envoie ensuite la facture. Mais ce n'est pas tout, Jeanne permet aussi de solliciter des dons auprès des particuliers. En 2011, elle a ainsi récolté 11 500 euros.

Publicité
Si cette somme n'est pas très conséquente, Marine Le Pen espère connaître le même succès que son père avec son parti parallèle, Cotelec. Entre 2003 et 2010, il avait pu récupérer pas moins de 2,3 millions d'euros, et toujours 240 000 en 2011. Ces sommes permettaient au FN de ne pas sombrer financièrement, et de faire de Cotelec l'un des plus grands créanciers du parti.

Ainsi, en 2011, lors de la vente du siège du FN, le fameux "paquebot", Cotelec avait pu encaisser les 2,6 millions d'euros dont il lui était redevable.

© AFP

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité