Selon Le Canard Enchaîné, le torchon brûle entre le Premier ministre et le président du Parti Radical de Gauche.

Après avoir menacé à plusieurs reprises de quitter le gouvernement, le président du parti radical de gauche serait-il en froid avec Manuel Valls ? À en croire Le Canard Enchaîné de ce jeudi 5 octobre, les relations ne sont pas au beau fixe entre Jean-Michel Baylet et le Premier ministre. Loin s'en faut. Après les menaces proférées par l’ex-sénateur, le chef du gouvernement a tenu à minimiser les gestes qu’il avait consentis pour calmer les velléités de départ de Jean-Michel Baylet.

Lire aussi : Mi-mandat : ce que les lecteurs de "Planet" pensent de l’action de François Hollande

Comprendre : raconter à ses proches comment il avait réussi à filouter ses conditions notamment grâce à une lettre "pour l’amadouer". Ainsi, Manuel Valls se serait vanté auprès de ses collaborateurs :"Il n’y a pas eu d’abandon de la suppression de la première tranche d’impôt sur le revenu ; ils n’ont pas eu gain de cause sur le texte sur la fin de vie, dont ils voulaient être rapporteurs, ni sur les conseils généraux puisque c’est renvoyé à 2020 et sans aucun critère précis" rapporte Le Canard Enchaîné.

Publicité
Mais ce n’est pas tout indique l’hebdomadaire satirique. Voici comment Manuel Valls aurait justifié la rédaction de sa lettre : "Même si Baylet est un gros con, j’étais obligé de faire ça". Une initiative pour conserver tant bien que mal sa majorité, encore affaiblie par la démission de Pierre Moscovici, que le "gros con" en question appréciera sans doute.

 Vidéo sur le même thème : Valls "terrasserait" Hollande en 2017 selon un sondage