Marine Le Pen a annoncé jeudi soir qu’une procédure disciplinaire avait été engagée contre son père après son interview dans Rivarol. Une manière d’inviter Jean-Marie Le Pen à prendre sa retraite politique.

Jean-Marie Le Pen et le Front National. L’histoire est sous doute sur le point de prendre fin. Plus de quarante ans après en avoir pris les commandes pour la toute première fois, l’actuel président d’honneur du parti d’extrême droite pourrait bien couper les derniers liens qui l’unissent au FN. Jeudi soir sur TF1, sa fille a en effet annoncé qu’en tant que présidente du parti elle avait pris la décision d’engager une procédure disciplinaire contre lui. Une mesure qui fait suite aux propos tenus par son père dans Rivarol la semaine dernière."J'ai décidé l'ouverture d'une procédure disciplinaire et donc Jean-Marie Le Pen sera convoqué devant le bureau exécutif", a-t-elle déclaré.

A lire aussi – Le Pen : un clan et des clashs

Il "devrait faire preuve de sagesse"

Et si Marine Le Pen n’a pas précisé quelles pourraient être les sanctions prochainement prises à l’encontre de son père (blâme, suspension, exclusion…), sa décision s’apparente à un véritable appel du pied pour que Jean-Marie Le Pen prenne de lui-même la décision de quitter la politique. Agé de 87 ans, il se serait plus, selon sa fille, en mesure de conduire la liste FN dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ni même d’assurer une quelconque autre fonction politique. "J'ai clairement indiqué que je pensais qu'il n'était plus en situation de pouvoir être, comme il l'a dit lui-même, la meilleure locomotive pour tirer la liste en Paca (…) au fond, Jean-Marie Le Pen devrait faire preuve de sagesse, il devrait tirer les conséquences du trouble qu’il a lui-même créé et peut-être arrêter ses responsabilités politiques", a estimé la leader frontiste.

A lire aussi – Marine Le Pen ne comprend plus son père

Revenant sur l’interview de Jean-Marie Le Pen dans Rivarol, Marine Le Pen a également condamné "une surenchère de provocations" par des propos "en contradiction totale avec la pensée politique du front national" publiés dans un "ignoble torchon". "Pourquoi est-ce qu'il s'acharne à affaiblir le Front national?", s’est-elle interrogée avant de regretter : "Nous autres dirigeants, nous n'avons pas plus de droits, nous avons plus de devoirs à l'égard de notre mouvement (…) j’ai l’impression qu’il n’agit plus comme un dirigeant responsable".

Publicité
De son côté, Jean-Marie Le Pen semble-t-il décidé à aller jusqu’au bout. "Si cette décision (d'exclusion, ndlr) était prise, elle serait complètement folle parce que le prestige que je conserve assez naturellement au sein du Front national provoquera des remous considérables et, pour elle, une perte d'influence qu'elle ne mesure sans doute pas", a-t-il prévenu sur RTL.

 

Vidéo sur le même thème : politique Première: Propos de Jean-Marie le Pen: La fille a-t-elle tué le père ? - 09/06