Une collaboratrice de Jean-Marie Le Pen a annoncé son départ du Front National, prétextant que les attaques contre le président d’honneur du Front National étaient "téléguidées". Plus de détails.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Marie d’Herbais de Thun, l’emblématique présentatrice du journal de bord de Jean-Marie Le Pen a annoncé mercredi qu’elle avait décidé de "s’auto-exclure" du Front National. "Il n’y aura pas de 4000 journal de bord", a-t-elle prévenu au cours d’une interview accordée aux Inrocks. Une lourde décision que cette amie d’enfance de Marine Le Pen aurait prise pour protester contre les nombreuses attaques qui  ont récemment visé le président d’honneur du FN. J’en ai "marre de voir (mon) président se faire marcher dessus sans pouvoir répondre", a-t-elle expliqué au magazine.

Et alors que le bureau exécutif du FN doit se réunir lundi pour décider des sanctions qui seront prises à l’encontre de Jean-Marie Le Pen après ses propos polémiques dans Rivarol, Marie d’Herbais de Thun a également affirmé que toutes ces attaques étaient "téléguidées". Selon elle, plusieurs ténors du FN œuvreraient ensemble pour faire tomber le patriarche et ce, depuis un petit moment. Toujours d’après la présentatrice, le complot aurait été fomenté en marge de l’épisode de la "fournée" il y a quelques mois. Jean-Marie Le Pen avait alors proposé de faire une "fournée" de tous les artistes qui s’opposaient à son parti, à l’instar de Patrick Bruel.

"La direction du FN veut se débarrasser de Jean-Marie Le Pen"

"Le lendemain de la diffusion de la vidéo, Louis Aliot et Gilbert Collard ont dîné avec l’avocat Gilles-William Goldnadel proche de nombreuses associations antiracistes afin de déclencher une polémique autour du  mot ‘fournée’", a-t-elle raconté. Et celle-ci d’ajouter : "La direction du Fn veut se débarrasser de Jean-Marie Le Pen et tous les prétextes sont bons". Des accusations qui n’ont pas manqué de faire réagir les intéressés.

"C’est du délire"

Publicité
Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen a rapidement répliqué en annonçant son intention de porter plainte pour diffamation. "C’est du délire, de l’affabulation et de la connerie pure !", s’est-il également emporté auprès du Scan du Figaro.  Et celui-ci d’ajouter : "elle (Marie d’Herbais de Thun, ndlr) est coutumière du fait".

Vidéo sur le même thème : politique Première: Propos de Jean-Marie le Pen: La fille a-t-elle tué le père ? - 09/06