Jean-Marie Le Pen ne décolère pas depuis qu’il a appris que sa fille avait décidé de le suspendre du Front National. Et comme à son habitude, le président d’honneur du parti d’extrême droite n’a pas mâché ses mots pour le dire. Florilège.

"Je ne souhaite pas la victoire de Marine Le Pen en 2017"

Jean-Marie Le Pen a porté un très gros coup à sa fille en déclarant ce mardi matin sur Europe 1 qu’il ne souhaitait pas qu’elle remporte l’élection présidentielle de 2017. S’estimant « trahi » par sa fille qui a décidé de l’exclure du parti qu’il a lui-même fondé, le patriarche a estimé que "si de tels principes moraux devaient présider à l’Etat français, ce serait scandaleux". Selon lui, la présidente du FN ne vaut pas mieux que leurs adversaires. Elle est "un peu pire" que l’UMP et le PS, a raillé son père. "Parce que l’adversaire vous combat de face, là il vous combat de dos", a-t-il regretté.

"J’ai honte qu’elle porte mon nom"

Depuis l’annonce de son exclusion du FN, Jean-Marie Le Pen multiplie les ripostes verbales. Dès lundi soir, il a été jusqu’à demander à sa fille d’abandonner son patronyme. "J’ai honte que la présidente du Front national porte mon nom et je souhaiterais qu’elle le perde le plus rapidement possible. Elle peut le faire en se mariant avec son concubin, soit peut-être avec M. Philippot ou quelqu’un d’autre", a-t-il lâché sur RMC.

A lire aussi – Jean-Marie Le Pen exclu du FN : la violente riposte du père

"Un peloton d’exécution"

Loin de n’avoir que sa fille dans son viseur, Jean-Marie Le Pen s’est est également pris à tous les ténors qui ont participé au bureau exécutif du FN lundi et décidé de son exclusion. C’est une "assemblée de stipendiés, de courtisans, un peloton d’exécution, avec les sept mercenaires", a-t-il affirmé, toujours sur RMC.

A lire aussi – Jean-Marie Le Pen victime d’un complot fomenté par des ténors du FN ?

Et celui-ci d’ajouter : "Je sais qu’elle est entourée d’un certain nombre de gens qui sont des socialo-gaullistes, qui sont des gens d’origine diverses et qui ne sont pas dans l’esprit qui a présidé à la vie du Front national pendant 40 ans".

"C’est la mort qui coup les ponts"

Publicité
Furieux contre sa fille, Jean-Marie Le Pen a même répondu "oui, tout à fait !" à un journaliste qui lui demandait s’il répudiait sa fille. "Oui, je suis dur mais ça ne fait que commencer", a-t-il également prévenu avant de toutefois tempérer ses propos en laissant la porte ouverte à une réconciliation : "C’est la mort qui coupe les ponts".

Vidéo sur le même thème - L'exclusion de Jean-Marie Le Pen pourrait être définitive