Après sa sortie sur BFMtv où il a maintenu ses propos sur les chambres à gaz, le président d’honneur s’est attiré les foudres de membres de son parti.

Interrogé jeudi sur BFMtv/RMC par Jean-Jacques Bourdin sur les propos qu’il a tenus en 1987, le fondateur du FN est resté sur ses positions : "Ce que j’ai dit correspondait à ma pensée… que les chambres à gaz étaient un point de détail de l’histoire de la guerre. À moins d’admettre que c’est la guerre qui est un point de détail des chambres à gaz."

Une sortie remarquée qui n’a pas manqué d’indigner une partie de la classe politique et de jeter l’embarras dans les rangs du parti de Jean-Marie Le Pen.

En premier lieu, sa fille et présidente du FN, Marine Le Pen, qui a aussitôt réagi à l'AFP en exprimant son "profond désaccord sur le fond et sur la forme". Puis, concernant les accusations d’antisémitisme, l’eurodéputée a répondu : "Ces déclarations n’entachent pas le crédit du FN mais le sien."

De son côté, le bras doit de Marine Le Pen, Florian Philippot, a déclaré sur Europe 1 que c’était une provocation "parfaitement inutile". "Ça représente l'opinion propre de Jean-Marie Le Pen, qui n'engage que lui", a-t-il rajouté.

Jean-Marie Le Pen n’est pas "un militant lambda"

Plus corrosif, la joute verbale entre le député du Rassemblement Bleu Marine, Gilbert Collard, et le président d’honneur du FN, qui se passe de commentaires :

Toujours sur Europe 1, Nicolas Bay, secrétaire général du parti, a condamné les propos de son président d’honneur tout en précisant que ce dernier n’était pas "un militant lambda". "Jean-Marie Le Pen n'est pas un militant lambda. Il est le fondateur du Front national. Il l'a présidé pendant 40 ans. Pour autant, les propos qu'il a tenus, soyons très clairs, ne correspondent absolument pas à la ligne du parti. Ses propos n'engagent que lui.", précise Nicolas Bay.

Publicité
Sa sortie peut-elle nuire à sa candidature dans le PACA pour les régionales ? "Le bureau politique se réunira dans les prochaines semaines pour désigner l'ensemble des têtes de liste du Front national dans les 13 régions et actuellement aucune tête de liste a été désignée", a répondu de manière évasive le président d’honneur qui n'exclut pas la présence "d'autres candidatures".

Vidéo sur le même thème : Nouvelle sortie de Jean-Marie Le Pen : "Un impact négatif sur l'image du FN"

Publicité
Publicité