Pour la première fois, le président d’honneur du Front National a réagi sur les révélations faites par Closer au sujet de l’homosexualité de Florian Philippot.

L’outing de Florian Philippot, porte-parole du Front National, par le magazine Closer a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. Souvenez-vous, le 12 décembre dernier, le magazine avait révélé au grand jour l’homosexualité du député européen FN en publiant une photo de lui en Une, accompagné d’un homme, présenté comme son "ami". Tandis que la classe politique s’était indignée de cette violation de la vie privée, d’autres revendiquaient une plus grande visibilité pour les homosexuels. Yannick Barbe, directeur de la rédaction du magazine Têtu, avait par ailleurs écrit dans un édito que cet outing revêtait "une importance politique".

Laurence Pieau, rédactrice en chef de Closer, s’était expliquée le jour même sur Europe 1 à propos des raisons qui l’avaient poussée à faire de telles révélations. Elle avait notamment confié que dévoiler la vie privée des personnalités faisait partie de la ligne éditoriale du magazine et que le traitement était équitable entre les couples hétérosexuels et les couples homosexuels. Une intervention qui n’a pas apaisé les tensions pour autant. Les personnalités politiques, tel que Jean-Marie Le Pen, continuent de donner leur opinion sur cette affaire.

"Cela n'a aucun rapport avec la politique"

Le président d’honneur du Front National, qui s'était tu jusque là, a également voulu réagir à ce "scoop". "Je trouve cela assez indélicat et assez incompréhensible : cela n’a aucun rapport avec la Politique. Philippot serait l’amant de M. Rebsamen, ministre du Travail, éventuellement cela poserait problème" a déclaré Jean-Marie Le Pen selon l’Express. L’homme politique a également rappelé que la sphère privée était "modeste" pour un homme ou une femme publique et qu’il était important de "s’en rendre compte".

Publicité
Concernant l’affaire, Florian Philippot a engagé des poursuites contre le magazine après la publication des photos volées et a réclamé 50 000 euros de dommages et intérêts. Le jugement, qui avait lieu ce lundi, sera rendu le 24 décembre.

Vidéo sur le même thème : la scandaleuse révélation de Closer !

Publicité
Publicité