L’eurodéputé a réagi à la décision d’annuler sa suspension du Front national, prise jeudi par la justice, affirmant que personne ne pourrait le déloger de sa place.

Jean-Marie Le Pen ne semble décidément pas près de céder sa place. Le fondateur du parti d’extrême-droite, dont la suspension du Front national a été annulée jeudi par le tribunal de grande instance de Nanterre, a en effet affirmé au micro d’RTL qu’il restait "président d’honneur à vie" du FN. Une petite victoire pour le "Menhir", qui a également indiqué que la justice avait "réglé tout cela" et que tout était désormais "très clair".

À lire aussi - Exclusion de Jean-Marie Le Pen : sa femme, Jany, s’en mêle !

La justice a tranché en sa faveur. Si cette décision réjouit Jean-Marie Le Pen, elle n’est tout de même que temporaire. En effet, le 10 juillet prochain, lors du congrès du parti, les 50 000 adhérents devront voter les nouveaux statuts du Front national. Problème : la fonction de président d’honneur pourrait être définitivement supprimée.

Mais l’eurodéputé ne compte pas se laisser faire. "Le questionnement du prochain congrès va peut-être supprimer la présidence d'honneur dans le futur mais il ne peut pas la supprimer dans le passé. J'ai été élu président d'honneur par le congrès et je le reste à vie", a-t-il déclaré, ajoutant que la majorité de ces nouveaux statuts ne visaient "que Marine Le Pen".

"Des problèmes internes"

Interrogé sur les déclarations de sa fille, qui considérait que cette décision ne "changeait rien" à la procédure dans laquelle les membres du parti se sont engagés, Jean-Marie Le Pen ne s’est une nouvelle fois pas privé de donner son opinion. "Si c’était symbolique, Marine Le Pen n’aurait pas pris la peine de répondre", a-t-il lâché.

Publicité
"Il y a quelque chose qui me gêne dans tout cela, c’est qu’au moment où le pays s’enfonce dans des difficultés innommables, la principale organisation nationale qu’est le FN se consacre exclusivement depuis quatre mois à des problèmes internes et à la volonté de supprimer la présidence d’honneur de Jean-Marie Le Pen", a-t-il conclu.

Pour l'heure, le fondateur du parti semble plus prêt que jamais à reprendre son poste, comme en témoigne son tweet :

Vidéo sur le même thème - Philippot : "Ce que dit Jean-Marie Le Pen n'engage que Jean-Marie Le Pen"