A l’occasion de son 88e anniversaire, Jean-Marie Le Pen a convié plusieurs centaines d’invités samedi soir dans son fief des Hauts-de-Seine. Un évènement auquel plusieurs personnalités étaient conviées mais pas sa fille, Marine. 

Rendez-vous à MontretoutJean-Marie a eu 88 ans le 20 juin dernier, mais il a attendu samedi dernier pour souffler ses bougies entouré de ses proches et de son épouse, Jany, qui fêtait, elle, ses 84 ans. Le Parisien rapporte en effet que le président d’honneur du Front National a organisé une vaste fête samedi soir chez lui, dans sa villa de Montretout, dans les Hauts-de-Seine. "Cela faisait quatre ans que le bastion familial et politique des Le Pen , perché sur les hauteurs de Saint-Cloud, n’avais pas connu ce genre d’évènement", souligne le journal. Et pour cause, quasiment 300 personnes ont été invitées à venir célébrer son anniversaire lors d’une "partie de jardin" ("garden party", en anglais).

Des célébrités, des cadres du FN, mais pas Marine Le PenToujours selon les informations du quotidien, parmi les nombreux invités figuraient "les célèbres commissaires-priseurs Gilles Neret-Minet et Pierre Cornette de Saint-Cyr, mais aussi une floppée d’avocats du barreau de Paris, un patriarche orthodoxe, et même quelques mondains sur le retour comme Massimo Gargia, ancien participant de l’émission de téléréalité ‘La ferme des célébrités’".

A lire aussi – Marion Maréchal-Le Pen divorce : qui était son mari, Matthieu Decosse

Marine Le Pen n’y est cependant pas venue, de même que sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen. "Officiellement, la députée du Vaucluse était dans sa circonscription. Quant à la présidente du Front national, elle n’a carrément pas été invitée", croit savoir Le Parisien à qui Jean-Marie Le Pen a confié avoir renoncé à inviter sa fille pour s’éviter un refus. Mais si la présidente du FN n’était pas présente, des "exclus" du parti d’extrême droite ont, eux, fait le déplacement. Il y avait ainsi "Jérôme Bourbon, le directeur de Rivarol ou encore le sulfureux Henri de Lesquen", le candidat extrémiste à la présidentielle, détaille le journal.

L’anecdote de Jean-Marie Le Pen 

A lire aussi - La nouvelle "blague" de Jean-Marie Le Pen sur les camps de concentration

Publicité
"Je fête mes anniversaires aux calibres des canons. Mais attention ! Le 88, c’est un calibre allemand. On va encore me faire des reproches", a lancé Jean-Marie Le Pen sur le ton de la provocation pendant sa "partie de jardin", rapporte Le Parisien. Visiblement en forme, l’ancien dirigeant du FN aurait veillé "jusqu’à 3h30".

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité