Interrogé quelques minutes avant le défilé du 14 juillet, l'ancien Premier ministre a confondu deux dictateurs, ressuscitant l'un d'eux ! 

Comment un ministre des Affaires étrangères a-t-il pu commettre une bourde de la sorte ? La question se pose au lendemain de l'interview de Jean-Marc Ayrault par France 2, quelques minutes avant le défilé du 14 juillet à Paris.

Au micro de la chaîne publique, l'ex-Premier ministre détaillait le contenu de son entretien avec le secrétaire d'Etat américain John Kerry, venu assister à la cérémonie. C'est alors que le locataire du quai d'Orsay a parlé de la ville d'Alep, en Syrie, comme d'une ville "assiégée par les troupes de Saddam Hussein", l'ancien dictateur irakien exécuté par pendaison le 30 décembre 2006 suite à l'invasion américaine en Irak.

Une seconde bourde

Visiblement, Jean-Marc Ayrault ne sait pas rendu compte de sa bévue puisqu'il a enchaîné sans sourciller sur le rôle joué par les Russes dans le conflit syrien. 

A lire aussi - Quand Jean-Marc Ayrault invente le groupe terroriste "Jamal al-Nosra"

Mais sur les réseaux sociaux, les responsables politiques et internautes n'ont pas manqué de moquer la phrase du ministre qui n'en est pas à sa première bourde.

Publicité
Pas plus tard qu'en mars dernier, l'ancien Premier ministre avait parlé du groupe armé "Jamal al-Nostra", un groupe qui n'existe pas. Le locataire du quai d’Orsay voulait sans doute parler du "Front al-Nosra", groupe terroriste aussi appelé "Jabhat al-Nosra".
Publicité