Interrogé quelques minutes avant le défilé du 14 juillet, l'ancien Premier ministre a confondu deux dictateurs, ressuscitant l'un d'eux ! 

Comment un ministre des Affaires étrangères a-t-il pu commettre une bourde de la sorte ? La question se pose au lendemain de l'interview de Jean-Marc Ayrault par France 2, quelques minutes avant le défilé du 14 juillet à Paris.

Au micro de la chaîne publique, l'ex-Premier ministre détaillait le contenu de son entretien avec le secrétaire d'Etat américain John Kerry, venu assister à la cérémonie. C'est alors que le locataire du quai d'Orsay a parlé de la ville d'Alep, en Syrie, comme d'une ville "assiégée par les troupes de Saddam Hussein", l'ancien dictateur irakien exécuté par pendaison le 30 décembre 2006 suite à l'invasion américaine en Irak.

Une seconde bourde

Visiblement, Jean-Marc Ayrault ne sait pas rendu compte de sa bévue puisqu'il a enchaîné sans sourciller sur le rôle joué par les Russes dans le conflit syrien. 

Mais sur les réseaux sociaux, les responsables politiques et internautes n'ont pas manqué de moquer la phrase du ministre qui n'en est pas à sa première bourde.

Publicité
Pas plus tard qu'en mars dernier, l'ancien Premier ministre avait parlé du groupe armé "Jamal al-Nostra", un groupe qui n'existe pas. Le locataire du quai d’Orsay voulait sans doute parler du "Front al-Nosra", groupe terroriste aussi appelé "Jabhat al-Nosra".
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité