Jean-Marc Ayrault a répondu devant l'Assemblée Nationale des accusations d'amateurisme dont il est victime. Le Premier ministre avait en effet annoncé la censure de la loi sur le logement social avant la décision du Conseil Constitutionnel. 

Publicité
 
Le Premier ministre a déclaré jeudi 25 octobre au matin sur France Inter que la loi sur le logement social serait censurée... avant que le Conseil Constitutionnel le fasse ! Car les sages, saisis par l'UMP n'avaient pas encore statué sur cette loi.
 
Accusé d'amateurisme par l'opposition, Jean-Marc Ayrault a pris la parole à l'Assemblée  Nationale, admettant son erreur. 
 "On ne sait jamais, je me suis peut-être trompé en anticipant un peu, peut-être que le Conseil constitutionnel, par sa décision rendue cet après-midi, nous annoncera une bonne nouvelle", a-t-il déclaré.
 
Les réactions ont été très vives à droite après l’annonce de la censure de la loi sur le logement social par Jean-Marc Ayrault. Pour Bernard Accoyer, ancien président de l’Assemblée nationale, a jugé que cette erreur  "bafouait" l'indépendance du Conseil constitutionnel. 
Jean-François Copé, de son côté, a déclaré que "cette gigantesque bévue du Premier ministre en dit long sur le niveau d'amateurisme de ce gouvernement" arguant qu’il est "absolument scandaleux de la part du Premier ministre d'annoncer cette décision avant qu'elle ait été prise par un juge".  
 
 

 

 

Publicité