Dans l'optique de professionnaliser les cadres du parti frontiste, cet ancien directeur commercial chez L'Oréal a pour mission d'écarter les candidats sulfureux aux élections locales.

Pour prolonger sa stratégie de "dédiabolisation", le FN mise désormais sur Jean-Lin Lacapelle. Un homme de l'ombre, qui a pour mission que de professionnaliser les cadres du parti.

L'homme était auparavant directeur commercial chez L'Oréal. Persuadé de la victoire de Marine Le Pen a plus ou moins long terme, il a rejoint le Front national au début de l'année, devenant le Secrétaire national aux fédérations et à l'implantation du parti. Selon Libération, Jean-Lin Lacapelle est un proche de Marine Le Pen et de Frédéric Chatillon, ancien du GUD, et a déjà été au FN dans les années 1980. 

A la recherche des futurs cadres de demain

Son objectif : sillonner la France à la recherche d'hommes et de femmes capables d'êtres de bons candidats pour les prochaines élections locales. Car le FN veut en terminer avec les "brebis galeuses", ces candidats aux propos ou attitudes virulents qui enrayent la stratégie de normalisation du parti.

A lire aussi Marie-Caroline Le Pen : la fille reniée s'est-elle réconciliée avec le FN ?

"Je ne suis pas un coupeur de têtes, je veux mettre le parti à niveau", se défend auprès du Figaro le nouvel homme fort de Marine Le Pen. Au quotidien, il explique sa mission : "Je rencontre les équipes pour m'assurer que chacun est à la meilleure place dans la fédé. Si ce n'est pas le cas, on essaie de faire émerger en douceur de nouvelles têtes. Nous avons aussi l'idée, quand c'est possible, que les secrétaires de section qui ont fait cinq ans et plus à leur poste doivent être renouvelés."

Les candidats prochent de Jean-Marie Le Pen sont écartés

"Une fois dans les fédérations où nos chances de succès sont les meilleures, j'en profite pour voir quels sont les candidats proposés pour les circonscriptions aux législatives. Chacun me fait parvenir un dossier. Si le candidat est impeccable, on lance une procédure de validation par la commission d'investiture. S'il y a des doutes, le dossier est étudié plus sérieusement et le candidat est convoqué pour un entretien. Ceux qui doivent être écartés le sont", détaille-t-il sans ménagement. Comme le souligne Le Figaro, les candidats un peu trop proches ou nostalgiques de Jean-Marie Le Pen sont écartés.

Publicité
En clair, les futurs candidats FN "doivent bien connaître (le) programme politique, être capables de défendre des idées et une vision, puis savoir s'exprimer". "Nous devons, aussi, être assurés de leur loyauté à l'égard de Marine Le Pen et de notre projet", précise-t-il.

Vidéo sur le même thème : FN : Marine Le Pen fait sa rentrée

Publicité