Il en avait fait l'annonce au lendemain des révélations de Libération concernant les "fausses factures" de l'UMP. Vendredi, Jean-François Copé a déposé vendredi deux propositions pour plus de transparence dans la vie publique.

© AFP

AFP

L’affaire Bygmalion a visiblement inspiré l’un de ses principaux protagonistes. Ce matin, Jean-François Copé a annoncé avoir déposé vendredi deux propositions de loi à l’Assemblée nationale visant à renforcer la transparence des finances des partis politiques.

Lire aussi : Christian Jacob prête 3 millions d’euros à l’UMP avec la dotation de son groupe parlementaire

Le député-maire de Meaux juge "indispensable" de restaurer la confiance des Français vis-à-vis de leurs responsables politiques. "Les comptes de campagne des candidats sont d'ores et déjà l'objet d'un examen spécifique qui pourrait être utilement approfondi" explique-t-il dans son exposé.      

Trois articles sont comptés dans ce texte législatif qui préconise des modifications de la loi en vigueur datant de 1962. Jean-François Copé souhaite l’élargissement des compétences de la Commission nationale des comptes de campagne en imposant le dépôt de comptes certifiés aux partis qui présentent un candidat en présidentielle.

Publicité
L’autre volet de sa démarche concerne le fonctionnement interne des partis politiques. Dans cette deuxième proposition de loi qui s’est procuré Le Figaro, l’ancien président de l’UMP plaide pour un audit annuel obligatoire. Les conclusions de cet audit seraient publiées au Journal Officiel.  Ce contrôle devrait être effectué par un "comité indépendant et objectif" qui aura pour mission "d’apporter ses conseils pour l'améliorer, notamment sur le plan financier et comptable".

Vidéo sur le même thème : le "au revoir" de Jean-François Copé

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité