Blague, bourde, lapsus, phrase choc… Planet.fr vous propose de revenir sur le mot ou la phrase qui a marqué la semaine.

La formule de cette semaine est signée Xavier Bertrand. Le président LR de la région Hauts-de-France, l’a prononcée jeudi sur BFM TV. Alors qu’il revenait sur l’abolition de la peine de mort votée en 1981 sous la présidence de François Mitterrand, l’ancien ministre a confié qu’il n’aurait pas pris le parti de Robert Badinter, alors ministre de la Justice.

A lire aussi – Peine de mort : les 6 méthodes d’exécution toujours utilisées

"Je n’aurais pas voté l’abolition de la peine de mort""Quand il y a eu le débat sur la suppression de la peine de mort, je n’étais pas majeur, je n’étais pas parlementaire, mais j’avais suivi tous ces débats. J’avais vu le talent de Robert Badinter, la plaidoirie qu’il avait faite à l’Assemblée, a-t-il déclaré. A l’époque, si j’avais été député, je crois que ne j’aurais pas voté l’abolition de la peine de mort".

Publicité
Xavier Bertrand a ensuite précisé sa pensée en expliquant : "Aujourd’hui, avec le recul, je pense que supprimer la peine de mort a du sens à une condition : c’est que ceux qui étaient susceptibles de relever la peine de mort ne doivent jamais, jamais, sortir de prison".

En vidéo - Après les attentats, le débat sur la peine de mort renaît 

Publicité