Jacques Chirac, l’ancien président de la République et Bernadette sont mariés depuis bientôt soixante ans. Découvrez ou redécouvrez cinq anecdotes sur leur couple.

1/ Ils n’ont pas pu se marier à la basilique Sainte-Clotilde

Jacques Chirac a épousé Bernadette Chodron de Courcel le 16 mars 1956. Une union pour laquelle la famille de la jeune mariées a exprimé quelques réticences, notamment à cause de l’origine sociale du futur président. Aussi, les fiancés n’ont pas eu droit à un mariage solennel dans la basilique Sainte-Clotilde à Paris, où les Chodron de Courcel avaient l’habitude d’aller. La cérémonie a en effet eu lieu dans une annexe, la chapelle de Jésus-Enfant.

Ensemble, ils ont eu deux filles : Laurence (1958) qui est aujourd’hui médecin et Claude (1962) qui travaille comme conseillère en communication.

2/ Lui est passionné par les sumos

Jacques Chirac est littéralement passionné par les sumos, ces lutteurs japonais au gros gabarit. Il a même voulu baptiser du nom de ce sport le petit chien qu’a offert un jour son petit-fils, Martin à sa femme, Bernadette. Gentil au départ, le bichon-maltais a subitement changé de caractère lorsque les époux Chirac ont quitté l’Elysée en 2007. Agressif, il aurait même mordu l’ex-chef d’Etat au ventre. "C'était après dîner. J'étais en train de lire dans une pièce, il était couché par terre. Mon mari est arrivé, et il a sauté ! Ça saute très haut, un bichon. Il l'a mordu à l'estomac. J'ai eu très très peur, parce qu'il y avait du sang. C'est terrible, les petites dents comme ça. Et il était déchaîné ! Il voulait resauter et remordre", a raconté Bernadette Chirac au Parisien en 2009. "Heureusement, comme je venais de le sortir, il avait sa laisse, sur laquelle j'ai mis le pied. Je l'ai enfermé dans la pièce à côté, la porte fermée", a-t-elle poursuivi. Selon elle, le petit chien n’aurait pas supporté de quitter le palais présidentiel qu’il avait toujours connu pour un appartement. A l’Elysée, il "a vécu dehors avec un grand jardin (…) dans cet appartement, il a eu le cafard", expliquait l’ex-Première dame au journal.

3/ La rumeur du décès de leur fille

Bernadette et Jacques Chirac ont vécu des moments difficiles, notamment à cause de la maladie de leur fille aînée, Laurence. "C’est une famille qui a connu beaucoup de drames sur lesquels elle a été très discrète. Chirac, jusqu’à une période récente, ne parlait jamais de sa fille ainée Laurence, qu’il adore évidemment. Qui a fait plusieurs tentatives de suicide, qui était anorexique, c’est une famille qui a vécu des choses extrêmement dures", expliquait à Non Stop People, Béactrice Gurrey, auteure de Les Chirac, les secrets d’un clan. L’auteur a par ailleurs rapporté une anecdote sur cette période : "Tout le monde, à une époque, pense que Laurence est décédée. Des condoléances affluent à la mairie de Paris. C’est absolument terrible. Et quand un des photographes, un des communicants dit ‘Vous devez vous faire photographier avec vos deux filles pour faire taire toutes ces rumeurs, c’est odieux’,  il (Jacques Chirac, ndlr) refuse. C’est un homme extrêmement pudique".

A lire aussi – Révélations sur le clan Chirac : "Jacques est comme un roi sans sceptre"

4/ Ils ont de "confortables" revenus

Les époux Chirac jouissent de confortables rentrées d’argent. Selon le député PS René Dosière, spécialiste des dépenses de l’Etat, Jacques Chirac cumulerait une « retraite d’ancien président de la République (63 000 euros brut par an) avec une retraite d'ancien député de Corrèze, de conseiller général de Meymac, de maire de Paris et de conseiller référendaire à la Cour des comptes, le tout pour 19 000 brut par mois soit 228 000 euros par an". De son côté, son épouse aurait percevrait chaque année plusieurs milliers d’euros en tant qu’administratif du groupe LVMH. L’an dernier, elle aurait ainsi « gagné » 37 500 euros, selon les informations de L’Express.

5/ Leurs vacances à Saint-Tropez

Les époux Chirac ont longtemps passé leur été à Saint-Tropez (Var). Ils avaient même leurs habitudes au restaurant Le Girelier. "En général, il arrivait dans la station aux environs du 10 août et venait ensuite jusqu’à deux fois par jours au restaurant. Le plus souvent pour un apéritif mais il arrivait parfois qu’il reste pour déjeuner ou dîner. Là, il commandait généralement des crevettes roses ou grises, du saumon fumé ou du foie gras", a raconté à Planet.fr le patron de l’établissement. "Côté boisson, il ne commandait plus de bière mais plutôt un 'Pastis-tomate' (ndlr : du Pastis avec du sirop de grenadine). De son côté, Bernadette Chirac prenait toujours un Perrier-citron", a-t-il même précisé.

A lire aussi – Girelier à Saint-Tropez : "Jacques Chirac va nous manquer cet été"

Publicité
Il y a deux ans, et sans doute à cause de l’état de santé de l’ancien président, l’ex-couple présidentiel n’est pas allé à Saint-Tropez, préférant séjourner dans son château de Bity en Corrèze. L’année dernière, il a passé quelques jours dans une des résidences du roi du Maroc, Mohamed VI.

Vidéo sur le même thème - Eté 2010, Jacques Chirac déjeune en terrasse à Saint-Tropez