Le dernier compagnon de route de Jacques Chirac, Daniel Leconte, s’est confié à Arnaud Ardoin dans un livre à paraître le 5 octobre prochain. Le proche de l’ex-président y donne des nouvelles préoccupantes de son ami.

Daniel Leconte a suivi Jacques Chirac durant de nombreuses années. Décédé le 18 juillet dernier, il a été de toutes les confidences de l’ancien président de la République. Dans un livre à paraître le 5 octobre prochain, Président, la nuit vient de tomber, le mystère Chirac, Daniel Leconte s’est confié au journaliste Arnaud Ardoin. "Chaque soir ou presque, il s'amuse à lui glisser cette petite phrase rituelle : 'Président, la nuit vient de tomber', et d'attendre, fébrile, sa réponse : 'J'espère qu'elle ne s'est pas fait trop mal...'", a écrit l'auteur.

Interrogé ce mercredi par Paris Match, Arnaud Ardoin a raconté comment était née cette proximité entre Daniel Leconte et Jacques Chirac : "Après le départ de l’Elysée, c’est Claude Chirac qui lui (à Daniel Leconte, ndlr) a demandé de veiller sur son père, d’être à ses côtés pour qu’il reste digne en toutes circonstances (…) Il est devenu le confident. Son dernier compagnon de route".

A lire aussi : Mort de Diana : Jacques Chirac était avec une célèbre actrice

"Jacques Chirac n’a plus envie de faire l’effort, juste la force d’écouter"

Daniel Leconte et Jacques Chirac se sont rencontrés dans la Creuse il y a plus de quarante ans. Les deux hommes avait un ami en commun, Pierre Juillet, l’ancien conseiller de l’ex-chef de L’Etat. Pour le livre, le proche de l'ancien maire de Paris a évoqué le quotidien de ce dernier dans ses bureaux de la rue de Lille à Paris, malade et retiré de la vie publique depuis 2014, a précisé BFM.

"Une fin de vie diamétralement à l’opposé de celle de son prédécesseur. Malgré le cancer qui l’obligeait parfois à recevoir ses hôtes allongé, François Mitterrand a toujours gardé l’esprit clair, jamais avare d’un petit coup de griffe, d’un mot d’esprit.", a indiqué Daniel Leconte dans l'ouvrage, cité par Paris Match.

Publicité
Le mot d’ordre de ce dernier lors des entretiens avec Arnaud Ardoin était de "ne pas salir la mémoire" de Jacques Chirac. Ces derniers mois, l’ancien locataire de l’Elysée avait "les yeux perdus dans des pensées indéchiffrables". Daniel Leconte a décrit un homme qui "n’a plus envie de faire l’effort, juste la force d’écouter".

Vidéo sur le même thème : Quand Macron se prend pour Chirac