Ils ne pensent qu'à ça

Non. Ils peuvent aussi penser à autre chose ce qui, dieu merci, leur permet d'avoir une activité annexe un peu plus reposante : travail, lire ce billet, musique, autre sport, méditation transcendantale, prière et même gestes de tendresse. Par contre, il est vrai qu'ils pensent toujours à ça d'où la nécessité de les occuper autrement, surtout en présence féminine.

Alors, que penser de l'affaire Baupin ? Il faut bien reconnaître que l'hémicycle est un piège redoutable, même s'il n'est pas tabou. Mis à part l'orateur de service, qui est bien le seul à s'écouter parler, écrire des textos ou lire distraitement le journal ne suffit pas pour accaparer l'imagination.

Qu'est-ce que je préconise ? Pour les nouvelles, un stage de recyclage ou une formation assurée par une "marraine" comme cela se pratiquait autrefois dans certains "milieux" : apprendre à tolérer l'humour mais rejeter immédiatement et vigoureusement toute forme de violence, d'agression, de harcèlement, de vulgarité ou simplement de goujaterie ; connaître les gestes qui sauvent, comme se croiser les bras sur la poitrine ; éviter les erreurs de débutantes comme monter dans ascenseur en étant seule avec un autre : ils sont tous des apprentis DSK.

Et pour les hommes ? Pour évacuer leur stress, suivant la formule consacrée, je recommande vivement aux députés d'autoriser de dégainer beaucoup plus souvent … le 49-3 : cela fait gagner du temps. 

En vidéo sur le même thème : Affaire Denis Baupin : la fin de l'omerta sur le harcèlement sexuel ?

Publicité