Sorti ce mercredi et écrit par deux journalistes du Parisien, "Ça reste entre nous, hein ?" dresse un portrait "brut de décoffrage" de l’ancien président. Sans tabou ni retenue, ce livre promet son lot de petites phrases. Florilèges.

Un véritable pavé dans la mare s’apprête à être vendu en librairie. Ce mercredi sort en effet Ça reste entre nous, hein ?, un livre écrit par deux journalistes du Parisien, Nathalie Shuck et Frédéric Gershel, après s’être entretenus à plusieurs reprises avec Nicolas Sarkozy au cours de ces derniers mois. Anecdotes croustillantes garanties sur la majorité mais également sur le propre clan de l’ancien président ! Découvrez-en un aperçu grâce aux bonnes feuilles publiées par Le Parisien Magazine, L’Express et Le Canard Enchaîné.

François Hollande, le "Bidochon" qui "mange des frites"

A propos de son successeur à l’Elysée, Nicolas Sarkozy se montre particulièrement dur. "Il ne pouvait pas avoir un costume de rechange, non ? C’est un problème, quand même", raille-t-il à propos de la tenue que portait ce dernier aux obsèques de Nelson Mandela. "Il est mal fagoté. Il mange des frites. Quand on fait un métier public, il faut faire attention. Moi, je suis très gourmand, j'ai tendance à grossir, mais vous m'avez toujours vu faire du sport. Je ne prends pas de dessert. Quand même, le corps du président, ça compte ! Faut être propre, faut être élégant, impeccable", a-t-il ajouté.

Quant au livre écrit par l’ex-compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, Nicolas Sarkozy se montre là encore implacable : "Quelle goujaterie, ça en dit long sur le personnage! (…)"Il la fait venir à l'Elysée, il ne l'épouse pas, il lui envoie dix-neuf textos par jour pour lui dire qu'il l'aime et, pendant ce temps-là, elle s'aperçoit que c'est bidon et qu'il est avec Julie Gayet. Je ne dis pas que c'est bien ni que c'est mal. Mais jugez la souffrance, soyez humains. Elle est comme une bête blessée, elle est bouleversée". Et l’ancien chef d’Etat de souligner, comme pour enfoncer le clou : "Moi aussi je fais du scooter, mais pas pour aller voir ma maîtresse".

A lire aussi - A Nancy, Sarkozy critique le gouvernement et traite Hollande de "menteur"

Le Pen et ses "airs de déménageur"

Marine Le Pen est loin d’être épargnée par Nicolas Sarkozy, lequel s’en prend notamment à son look. Elle est "vulgaire" avec "des airs de déménageurs", a-t-il en effet estimé. Selon lui, c’est même "une masse, elle fait hommasse épaisse".

A l’UMP, "tous des cons"

Loin de ne s’en prendre qu’à ses adversaires hors de son camp, Nicolas Sarkozy tacle tout aussi sévèrement ses "collègues". A l’UMP, "tous des cons", a-t-il lâché aux deux journalistes du Parisien. "Le pauvre, il écrit des livres que personne ne lit. Ah, si il y en a un que j'ai lu, c'est celui où il se masturbe", se moque également l’ancien président à propos de Bruno Le Maire, son adversaire dans la course à la présidence de l’UMP. "T'as vu Laurent ces derniers jours ? Non parce que si tu l'as vu, j'espère que tu t'es lavé les mains hein", a-t-il par ailleurs lancé à l’un de ses visiteurs au sujet de Laurent Wauquiez qui a selon lui "les mains sales". Une référence à une émission de Canal+ au cours de laquelle ce dernier avait reconnu consulter parfois des sites pour adultes. "Lui, ce sera pieds nus, avec des plaies ouvertes, dans les mines de sel", prévient-il aussi au sujet de Xavier Bertrand.

François Fillon, le "sans-couilles"

En froid avec son ancien Premier ministre depuis plusieurs mois, Nicolas Sarkozy n’a pas manqué de lui garder quelques piques. C’est un "sans-couilles" et un "looser", se plairait-il à dire à son sujet.

Valérie Trierweiler : "on en n’a pas fini" avec elle

Si Nicolas Sarkozy déplore l’attitude de François Hollande envers Valérie Trierweiler, il n’en épargne pas pour autant cette dernière. "C’est les Bidochon en vacances !", commente-il à propos de leur séjour au Fort de Brégançon en 2012. L’ancien couple présidentiel avait alors été photographié en maillot de bain à la plage. "On en n’a pas fini avec elle", prédit-il par ailleurs à propos de la journaliste de Paris Match, auteur de Merci pour ce moment.

"Je l'ai toujours trouvé sotte et prétentieuse", a-t-il par ailleurs raillé, ajoutant : "Ce n'était pas une très bonne journaliste politique et pas une très bonne journaliste culturelle non plus".

Manuel Valls et son regard "d’illuminé"

Publicité
Egalement ciblé par Nicolas Sarkozy, Manuel Valls devrait selon lui "porter des lunettes" pour essayer d’atténuer son "regard fuyant" et "un peu illuminé". "Ça m’a frappé sur les photos", confie même l’ancien président à ce propos. "Valls candidat N'importe quoi... A la limite, Taubira aurait plus de chances que lui à gauche", estime-t-il également.

Alain Juppé, celui qui "ne fait pas jeune"

Le maire de Bordeaux ne fait pas exception et subit lui aussi le lancer de piques de Nicolas Sarkozy : "Il ne fait pas jeune. Et moi je n'ai pas été condamné".

Vidéo sur le même thème - Wauquiez : "Sarkozy n'est pas un sauveur mais un leader"