Il arrive parfois que les politiques fassent des annonces fracassantes avant de finalement revenir dessus. François Hollande en est le dernier exemple avec la déchéance de la nationalité française. Mais d’autres avant lui ont eux aussi rétropédalé au cours de ces derniers mois. Souvenez-vous.

François Hollande et la déchéance de la nationalité

© AFP

François Hollande a finalement renoncé à inscrire dans la Constitution la déchéance de la nationalité pour les binationaux en cas de terrorisme. Le président l’avait pourtant annoncé en novembre dernier lors d’un Congrès exceptionnel. "Nous devons pouvoir déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou un acte de terrorisme", avait-il déclaré. Mais alors que cette mesure avait scandalisé une partie de la gauche, François Hollande aurait en effet opté pour l’unité. Aussi, mercredi, le projet de réforme constitutionnelle qu’il va présenter ne devrait pas l’évoquer.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité