Hollande : du vent !

Dans son discours du 18 janvier 2016, François Hollande a clairement précisé son cap pour préparer 2017 : des promesses secondaires ou sans fondement.

Une modification du CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) : un léger signal favorable au grand patronat. L'efficacité du CICE pour lutter contre le chômage est plus que contestée. Des nouvelles formations pour un demi-million de chômeurs : n'importe quel spécialiste répondra que de telles formations ne s'improvisent pas. Au mieux, ce seront des formations "bidon" qui nécessiteront un investissement humain et financier considérable et qui ne serviront qu'à truquer les chiffres du chômage.

Imposer des limites supérieures pour les indemnités de chômage : cette orientation est indispensable mais il faudra prendre du temps pour négocier, les syndicats vont monter au créneau et François Hollande ne peut pas se permettre de les affronter durement quelques mois avant une élection présidentielle.

La diminution du paiement des heures supplémentaires : ici ou là, il y aura peut-être quelques accords symboliques. Le mieux qu'on puisse en espérer est d'éviter quelques fermetures d'usines.

La réduction des contraintes pour la création de microentreprises et l'assouplissement des critères de formations courtes bien ciblées : des mesurettes de bon sens qui ne peuvent pas faire de mal mais qui ne sont évidemment pas à la hauteur de la situation.

François Hollande lui-même ne peut pas croire à l'efficacité de ses propositions. D'autant plus que, rappelons-le, elles viennent après un matraquage systématique des patrons de PME dans tous les domaines : augmentation des charges, aggravation de la paperasserie avec la loi sur la pénibilité et celle sur la complémentaire santé.

Alors, pourquoi exhiber ce miroir aux alouettes ? C'est de la "com" politicienne à l'état pur. Faire semblant de se positionner le plus à droite possible tout en restant "socialiste". Avec les mesures précitées, il sait qu'il ne risque quasiment rien sur sa gauche.

Le chômage réel va-t-il baisser ? Les patrons de PME vont-ils embaucher ? Sûrement pas : ce serait de la folie de leur part. Certes, il y aura quelques exceptions, quelques effets d'aubaine avec l'aide à l'embauche, rien de plus.

François Hollande promet des économies : on se demande où il va les trouver alors que, quasiment partout, les finances sont déjà dans le rouge. Alors, la dette va-t-elle connaître des sommets vertigineux ? Evidemment.

J'ai déjà offert mes vœux sur mon blog, mais, peut-on encore dire "bonne année" ? Pour la santé économique de la France, non. Je vous souhaite d'avoir d'autres raisons d'être heureux. 

En vidéo sur le même thème : Mesures de Hollande pour l'emploi : un plan qui ne va pas dans le bon sens