Le Hollande bashing est un phénomène anti-François Hollande né pendant le mandat du président socialiste et qui rapporte plus ou moins gros à certains Français.

Ne pas aimer François Hollande et en faire une affaire plus ou moins juteuse, c’est possible. Certains Français sont d’ailleurs aujourd’hui à la tête d’un véritable business axé autour de ce sentiment. Parmi eux, on retrouve le fondateur du collectif "Hollande démission", David Van Hemelryck. Celui-ci s’est fait connaître en survolant plusieurs plages de l’Hexagone l’été dernier en ULM et avec une banderole "Hollande démission". Une expérience qu’il a réitérée mardi au-dessus du mémorial du Pas-de-Calais qui devait être inauguré par le chef de l’Etat. "J’étais entrepreneur, mais ce mouvement est devenu mon activité à temps plein", a-t-il d’ailleurs récemment expliqué à Planet.fr.

Outre ces survols-chocs en ULM qui lui garantissent ensuite des vues sur les sites de partage de vidéos comme Dailymotion, David Van Hemelryck tire également une partie de ses revenues des goodies qu’il vend. Marqués d’un "Hollande démission" et/ou d’un portrait noir et blanc du président barré par un "dégage !", ces objets divers (t-shirts, drapeaux, coques pour portables, bracelets, badges…) se vendraient très bien. C’est "un business qui fleurit à mesure que la contestation monte dans le pays", rapporte le Figaro. Et quand on voit la cote de popularité de François Hollande ces derniers mois (29% selon un dernier sondage Ifop pour Paris Match), on imagine aisément que cette affaire se porte bien. "Tous ces produits doivent aider les citoyens à avoir plus de courage. Nous les considérons comme des armes psychologiques qui aident à ne pas aller au combat tout nu. Moi-même, je me sens plus fort quand j'ai tout mon équipement sur moi, j'arrive à convaincre plus de gens", a de son côté expliqué le trentenaire au journal.

Fort de ce succès, David Van Hemelryck prévoirait même d’aller encore plus loin. "Une cuvée spéciale de bouteilles de champagne, baptisée ‘Hollande démission’ (et) avec pour slogan: ‘Le champagne qui fait tomber les têtes’", devrait très prochainement être commercialisée. A quelques semaines des fêtes de fin d’année, le chef d’entreprise "espère en vendre entre 500 et 1000" d’ici au 31 décembre, indique le Figaro. Un papier toilette avec écrit "Moi président" serait également à l’étude, croit par ailleurs savoir le quotidien.

"La gauche m’a tuer", l’autre site qui vend des goodies anti-Hollande

Publicité
Mais David Van Hemelryck n’est pas le seul à surfer sur le Hollande Bashing. Une autre boutique de goodies anti-François Hollande a également ouvert il y a deux semaines, note Le Figaro. Sa particularité ? Tous les objets sont à l’effigie d’un chef de l’Etat "sans-dent". Une référence aux propos que lui prête son ex-compagne Valérie Trierweiler dans son livre Merci pour ce moment. Porte-parole de "La gauche m’a tuer", Mike Borowski a assuré au journal que "cet espace n'est pas un business (…) c'est un plus". Selon lui, "La gauche m’a tuer" est  "avant tout un média d'opinion de droite, qui se finance par les abonnements et la publicité". Le magasin aurait pourtant déjà vendu une soixantaine de produits dérivés en seulement quinze jours. Un bon début…

Vidéo sur le même thème - Le mouvement "Hollande démission" fait flotter une nouvelle banderole le 11 novembre 

mots-clés : François hollande

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité