Ce week-end, la candidate à la Maison-Blanche a fait un malaise. Elle souffrirait d'une pneumonie. Un évènement qui pose la question de la santé des (aspirants) présidents.

Gros coup dur pour Hillary Clinton. La candidate démocrate à la Maison-Blanche a fait un malaise dimanche en marge des cérémonies du 11 septembre. Quelques heures après, elle est apparue sourire aux lèvres, afin de faire taire toutes rumeurs sur son état de santé.

La raison de ce malaise ? Un "coup de chaud" selon un communiqué. Mais très rapidement, son médecin a annoncé que l'ex-Première dame des Etats-Unis souffrait d'une pneumonie depuis le vendredi précédent.

A lire aussi Qui est Ivanka, la fille du milliardaire Donald Trump ?

"On ne sait absolument rien sur la santé de François Hollande"

La santé des hommes politiques serait-elle taboue ? Oui selon Denis Demonpion, journaliste et coauteur du livre Le dernier tabou, révélations sur la santé des présidents (Ed. Pygmalion). En décembre dernier, il nous confiait qu'en France, "depuis Louis XIV, les chefs d’Etat ont peur de ne pas apparaître comme des êtres supérieurs. L’appétit du pouvoir leur fait croire qu’ils sont infaillibles".

Une tendance qui s'est accentuée depuis la mort de Georges Pompidou, mort en 1974 alors qu'il était à l'Elysée. Taciturne, François Mitterrand a toujours fait mystère de sa santé. "Son premier bulletin de santé était vrai. Tous les suivants ont été falsifiés à sa demande par son médecin personnel", relatait le journaliste.

En 2012, François Hollande n'avait pas échappé à la question sur sa santé. "Il est important que les Français aient confiance en la capacité de leur président à gouverner", avait-il déclaré, promettant de rendre publique régulièrement son bulletin de santé. "Ses bulletins de santé sont à minima. En vérité, on ne sait absolument rien sur sa santé. François Hollande ne fait pas mieux que ses prédécesseurs", assurait Denis Demonpion.

Le dernier bulletin de santé de François Hollande date de février 2016. 

Aux Etats-Unis, la santé du président est publique

Publicité
Aux Etats-Unis, la situation est différente. Les chefs d'Etat américains ont l'obligation de fournir un certificat de santé détaillé qui sera rendu public. En cas d'incapacité à assurer sa fonction, le président français est remplacé par intérim par le président du Sénat mais aux Etats-Unis, c'est le vice-président qui doit se tenir prêt à assumer la plus haute charge.

Vidéo sur le même thème : "Hillary Clinton vacille"

Publicité