Hervé Mariton, le député UMP de la Drôme a récemment décidé de se séparer de l’une de ses collaboratrices à l’Assemblée nationale, Jeanne Pavard. En cause : les liens que celle-ci entretiendrait avec l'extrême droite. Plus de détails.

Le député UMP de la Drôme, Hervé Mariton a annoncé mercredi qu’il allait mettre un terme à sa collaboration avec Jeanne Pavard. Le politique reproche en effet à sa collaboratrice à l’Assemblée nationale de le mettre dans une situation embarrassante. "Mme Pavard va cesser ses fonctions, dans le respect des règles du droit du travail (...) elle m'avait déjà exprimé récemment son souhait de partir. Je ne la retiens pas", a ainsi déclaré le délégué général du projet de l’UMP. Sa décision fait suite aux révélations de Mediapart selon lesquelles, Jeanne Pavard entretiendrait des liens avec l’extrême droite et ce, notamment sur Facebook.

Mariton s’était "déjà inquiété à deux reprises"Selon le site qui également révélé l’affaire Cahuzac, cette collaboratrice du député Mariton affichait plus ou moins clairement sa sympathie pour des sites ou des mouvements d’extrême droite sur son compte Facebook. Sa page sur le réseau social mettait ainsi en évidence une phrase prononcée par Dominique Venner, l’essayiste d’extrême droite qui s’est suicidé dans Notre-Dame. Le jour de sa mort, Jeanne Pavard aurait même appelé à se rassembler devant la cathédrale.

Embarrassé par la position de sa collaboratrice, Hervé Mariton a par ailleurs indiqué s’être inquiété "à deux reprises" de son comportement. Alors que des militants anti-mariage gay ont déployé une banderole à l’Assemblée pendant le vote définitif, le député UMP a expliqué que "certains des fauteurs de trouble étaient venus par son intermédiaire. Elle m'avait répondu qu'elle avait simplement donné des billets à des gens de la ‘Manif pour tous’".

Publicité
Soucieux de prouver sa bonne foi, Hervé Marion a également assuré : "Je n'avais pas connaissance de ces engagements partisans. Elle avait été recrutée en 2011, elle venait de ‘Contribuables associés’, une association que l'on peut qualifier de libérale mais pas d'extrême droite".  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité