Lors de la réunion des "Amis de Nicolas Sarkozy", le député UMP des Yvelines, Henri Guaino, en a profité pour rappeler son opposition à l’adoption par les couples gays, et à la mise en place de salles de shoot.

A-t-il voulu voler la vedette à Nicolas Sarkozy ? Dans un défilé ininterrompu de louanges et de mines réjouies vantant les exploits internationaux de l'ancien chef de l'Etat, Henri Guaino s'est peut-être dit qu'il avait une carte à jouer. Lorsqu'il est monté à la tribune, l'ancien conseiller spécial du président a réenfourché son cheval de bataille contre l'adoption homosexuelle et les salles de shoot. "Nous faisons la société du "j’ai bien le droit". Vous voulez un enfant, vous avez tout fait pour pas pouvoir en avoir, vous allez demander le catalogue et vous choisissez. Voilà, j’ai une pulsion d’enfant, je choisis. Bien. J’ai une pulsion de drogue. Je vais acheter ma drogue. Pas de problème." A-t-il lancé.

Publicité
Chevauchant en terrain conquis, le député des Yvelines a continué sur sa lancée. "Pardon mais quand on dit que le consommateur peut aller librement dans des salles de shoot ça veut dire que l’on n’interdit plus la consommation. On peut continuer comme ça. Vous avez quelqu’un dans votre entourage qui est déprimé et qui veut se suicider ? Jusqu’a présent l’impératif moral c’était de l’en empêcher. Est-ce que demain l’impératif moral ce sera de l’aider ?" tance l'un des farouches opposants à la procréation médicalement assistée (PMA). Une occasion pour ce fils de femme de ménage de rappeler son attachement aux valeurs."On ouvre la porte à une société où l’on va introduire une relation de client à fournisseur jusque dans la procréation" conclut-il. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :