Alors que pendant la campagne présidentielle François Hollande s'était engagé à ne pas augmenter la TVA, le gouvernement vient d'annoncer le contraire. Les réactions fusent dans la sphère politique.

Pourtant exclue du programme de François Hollande il y a encore quelques mois, la hausse de la TVA est désormais au goût du jour. Le gouvernement a en effet annoncé ce mardi qu'elle allait augmenter afin de financer une baisse des charges des entreprises. Alors que pendant la compagne présidentielle, Nicolas Sarkozy souhaitait voir la "TVA sociale" - augmentation de la TVA pour la faire passer de 19,6%à 21,2% - entrer en vigueur dès le 1er octobre, son rival dans la course à l'Elysée s'y opposait farouchement.

"Je prendrai la décision d'abroger cette mauvaise réforme", avait promis François Hollande. Selon lui, cette mesure consistait à "faire payer les consommateurs pour alléger les entreprises". Six mois après sa victoire, le président a toutefois décidé le contraire. Au lendemain de la remise du rapport Gallois, le chef du gouvernement a annoncé une augmentation de 0,4% du taux de la TVA dès le 1er janvier 2014. Une décision qui n'a pas manqué de faire réagir l'opposition.

Du "sarkozysme de gauche"Au micro de BFMTV, Marine Le Pen, la présidente du Front National a ainsi déclaré qu' "il s'agit là évidemment de la reprise de la TVA antisociale". Et d'ajouter: "J'avais dit dès l'élection de François Hollande que nous avions eu le sarkozysme de droite, que nous aurions le sarkozysme de gauche, je ne pensais pas que ça se verrait autant". Moins ironique mais non moins critique, Jean-Luc Mélenchon a, quant à lui, expliqué sur le plateau de TV5 Monde: "Je trouve cela lamentable parce que c'est la poursuite de la même politique qui ne fonctionne pas". Le co-président du Parti de gauche a poursuivi en assurant que "c'est un choc qui est fait où on transfère sur le dos de la masse des travailleurs contribuables ce qui ne sera pas acquitté par l'entreprise au moment de la production de la richesse".

Publicité
Un "gag"Sur le talk-Orange-Le Figaro, Jean-François Copé a de son côté taclé Jean-Marc Ayrault: "On attendait (…) qu'il propose un plan qui soit à la fois simple et puissant, et on découvre un plan hyper-complexe, bureaucratique, et par ailleurs, très insuffisant". Selon lui, "la décision de François Hollande d'augmenter la TVA, c'est déjà un gag au sens où François Hollande a passé l'essentiel de sa campagne présidentielle à dire aux Français que s'il était président de la République, il n'augmenterait pas la TVA, et voilà qu'il annonce une augmentation de la TVA. Cela montre que vraiment, il n'y a chez lui absolument aucune solidité dans les convictions".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité