La petite fille de Jean-Marie Le Pen est sortie de son silence pour témoigner la "honte" que lui inspire la guéguerre qui divise son clan. C’est un spectacle "pathétique", a-t-elle confié au Parisien.

La guerre entre Marine Le Pen et son père n’en finit pas. Un spectacle auquel assiste Marion Maréchal Le Pen avec regret. "Je ne suis pas fière du spectacle qui est offert. C'est même franchement l'inverse, j'ai honte. Tout cela a un aspect pathétique, c'est grotesque", a-t-elle confié au Parisien. Et celle-ci de se présenter comme "une victime collatérale de ce conflit".

En effet, Jean-Marie Le Pen a récemment laissé entendre qu’il pourrait se présenter aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur contre sa petite-fille qui, elle, a été investie par le Front National. Une éventualité qui ne ravit pas la jeune femme. "Jean-Marie Le Pen ne sortirait pas grandi avec une fin de carrière politique de cet ordre-là", a-t-elle raillé à propos de celui qui se borne désormais à l’appeler "Marion Maréchal".

Publicité
"C’est mon grand-père, je ne peux pas faire fi de la relation qui est la nôtre"Et alors que mardi la justice a pour la troisième fois donné gain de cause au cofondateur du FN en confirmant la suspension du congrès censé supprimer son statut de président d’honneur, Marion Maréchal-Le Pen a estimé que cela était simplement "une victoire sur la forme, sur la procédure". La députée a ensuite souligné que "la solution démocratique, c’est le recours aux adhérents, la solution pour sortir de cette crise". Et la jeune femme de poursuivre en évoquant la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen : "C’est mon grand-père, je ne peux pas faire fi de la relation qui est la nôtre (…) c’est méconnaître Jean-Marie Le Pen de croire que ça allait être facile de le mettre à l’écart…. Cependant la situation est telle que c’était difficile de faire autrement".

Vidéo sur le même thème- Marion Maréchal-Le Pen : son ascension fulgurante!

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité