Alliance, le second syndicat des gardiens de la paix, a appelé une nouvelle fois à la grève. Après avoir fait une grève contre les procès verbaux le 9 septembre dernier pour protester contre la réforme pénale. Alliance remet le couvert, mais cette fois-ci, pour une durée indéterminée.

© AFP

Comme la précédente mobilisation d'Alliance, la grève des PV concerne seulement les petites infractions, celles ne mettant pas la vie d’autrui en danger. Griller un feu rouge sera donc verbalisé, contrairement à un mauvais stationnement. Seule différence, cette grève sera à durée indéterminée.

Une baisse d'indemnité qui pose problème

Le syndicat proteste aujourd'hui contre la baisse d'une indemnité spéciale de risque pour les élèves policiers prévue dans le budget 2014 du ministère de l’Intérieur. Alliance "n'acceptera jamais (...) que l'État fasse des économies sur le dos des policiers". Selon le syndicat le texte est "dangereux pour la société, il va démobiliser les forces de sécurité et exaspérer la population". Alliance fait appel donc "à l’ensemble des organisations syndicales de la police".

De son côté, Bercy affirme que cette "diminution" permet "d'adapter l'indemnité à la réalité de sujétions des élèves" commissaires de police, gardiens de la paix ou sous-officiers de gendarmerie, qui ne sont pas sur le terrain durant leur scolarité. Bercy parle d’une économie de 12 millions d’euros en 2014 au sein du ministère de l’Intérieur. Alors que les syndicats évoquent une indemnité pouvant aller jusqu’à 200 euros par mois pour certains fonctionnaires.

La réforme pénale remise en cause

Les policiers remettent en cause les propositions de Christiane Taubira sur la réforme pénale. "Elle apparaît en deuxième position, après l'avenir des retraites, dans la liste de nos préoccupations, mais elle aurait très bien pu figurer au premier plan tant elle inquiète les fonctionnaires de police, hommes ou femmes, qui exercent un métier de plus en plus exposé et qui veulent le faire savoir", confie Jean-Claude Delage, secrétaire général du syndicat policier Alliance, lors d’une interview pour Le Figaro. Il ajoute notamment que "cette réforme risque de démobiliser les policiers qui pourraient voir leur travail anéanti par angélisme ou pur dogmatisme".

Publicité
Les syndicats de police, dont Alliance, seront reçus ce vendredi, place Beauvau, sur le budget 2014. Ce dernier  "attend un soutien ferme" de Manuel Valls "afin que Bercy revienne sur sa décision".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité