Ce mercredi, le Canard Enchaîné a révélé une partie du contenu du réquisitoire des procureurs dans l’affaire "des écoutes" impliquant Nicolas Sarkozy. Surprise, Paul Bismuth n’était pas le seul pseudo de l’ancien président de la République. 

Avant Paul Bismuth, Nicolas Sarkozy a utilisé d’autres pseudos pour téléphoner discrètement à son avocat, Thierry Herzog. C’est ce qu’a révélé ce mercredi Le Canard Enchaîné. Le journal satirique a eu accès à une partie du réquisitoire des procureurs, qui ont demandé le renvoi en correctionnel de l’ancien président de la République, dans l’affaire dite "des écoutes".

Parmi les différents noms d’emprunt qu’utilisait Nicolas Sarkozy, un est particulièrement étonnant. L’ancien locataire de l’Elysée avait en effet un téléphone au nom de… Gilda Atlan ! Un pseudo qui ne renvoie à aucun élément de la biographie de Nicolas Sarkozy, comme l'explique Marianne.

Référence à une localité hongroise ?

Le prénom Paul faisait référence à celui du père de Nicolas Sarkozy, d’origine hongroise, Pal. Par ailleurs, Paul Bismuth existe réellement et n'est autre qu'une ancienne connaissance de l'avocat de l'ex-président, Thierry Herzog. Concernant Gilda Atlan, la raison est cette-fois bien plus foue. Comme l’indique Marianne, Pal Sarkozy a résidé dans la localité hongroise d’Alattyan étant jeune, ce qui pourrait partiellement expliquer le nom d’emprunt utilisé par Nicolas Sarkozy.

Publicité
Pour rappel, l’ex-patron de la droite avait été mis sur écoute en 2014 après sa mise en cause dans le financement occulte de la campagne présidentielle de 2007 et l’affaire Bettencourt. Les enregistrements avaient révélé que Nicolas Sarkozy, via son avocat, avait promis un poste prestigieux au haut magistrat, Gilbert Azibert, en échange d’informations sur le second dossier, comme l'a rappelé Le Journal du Dimanche

Vidéo sur le même thème : Carla Bruni : ses confidences très intimes sur sa vie avec Nicolas Sarkozy

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité