La garde à vue des anciens cadres de Bygmalion interpelés lundi a été prolongée ce mardi. La justice enquête actuellement sur le système de fausses factures mis en place pendant la campagne de Nicolas Sarkozy.

La tourmente continue pour la société Bygmalion. Alors que quatre de ses anciens cadres ont été épinglés lundi et placés en garde à vue à l'office anti-corruption de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) de Nanterre (Hauts-de-Seine),l'AFP a rapporté ce mardi que la procédure était prolongée. Par ailleurs, des perquisitions ont eu lieu à leurs domiciles respectifs.

Parmi les interpellés, Guy Alvès et Bastien Millot les deux fondateurs de Bygmalion et leur comptable, Matthieu Fay. Franck Attal, l'ancien patron d'Event and Cie, est aussi au coeur de l'enquête. Leur garde à vue ne peut s'étendre au delà de 48 heures après quoi, une présentation aux juges d'instruction du pôle financier peut avoir lieu. 

A lire aussi :L’UMP doit-elle craindre Jérôme Lavrilleux ?

Publicité
De fausses facturesUne information judiciaire pour faux et usage de faux, tentative d'escroquerie et abus de confiance a été ouverte par le parquet de Paris. Les juges Serge Tournaire, Renaud van Ruymbeke et Roger Le Loire sont chargés d'enquêter sur le système de fausse facturation qui a permis de maquiller les comptes de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 afin de ne pas dépasser le plafond prévu par la loi.

Vidéo sur le même thème : Affaire Bygmalion : 4 personnes en garde à vue

En imagesBygmalion : tous les protagonistes de cette vaste affaire

Jean-François Copé

Le député-maire de Meaux est le personnage central

Nicolas Sarkozy

C’est pour masquer les folles dépenses de sa dernière campagne présidentielle que l’UMP aurait décidé de surfacturer des évènements et ainsi, ne pas dépasser la somme de 22 millions d’euros autorisée.

Me Patrick Maisonneuve

L’avocat de Bygmalion accuse l’UMP d’avoir surfacturé des évènements à son client en 2012.

Jérôme Lavrilleux

L’ancien directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy et actuel directeur de cabinet de Jean-François Copé a récemment avoué sur le plateau de BFM TV avoir tenté de dissimuler l’explosion des frais de campagne de l’ex-président il y a deux ans.

Bastien Millot

Proche de Jean-François Copé, il a fondé Bygmalion en 2008 avec Guy Alvès.

Dominique Dord

  L’ancien trésorier de l’UMP (de 2010 à 2012) a récemment été entendu par les enquêteurs. Il doit notamment répondre de faux et usage de faux, d’abus de biens sociaux, d’abus de confiance et de recel.

Guillaume Peltier

  Le vice-président démissionnaire de l’UMP est visé dans une enquête pour délit de favoritisme et prise illégale d’intérêts présumés. Son domicile a d’ailleurs été perquisitionné mardi. L’enquête fait suite à une plainte déposée en décembre 2012 par l’association de lutte anticorruption Anticor et à une décision du maire UMP de Menton, Jean-Claud...

Patrick de Carolis

  L’ancien PDG de France Télévisions est lui aussi mêlé à l’affaire Bygmalion, dans son volet télévisuel.

Camille Pascal

  Le secrétaire général de France Télévisions a lui aussi été mis en examen dans le cadre du volet télévisuel de l’affaire Bygmalion.

Autres diaporamas