Il y a dix ans, jour pour jour, le jeune homme de confession juive était enlevé puis torturé par un groupe d’hommes antisémites appelé le "gang des barbares".

Le 21 janvier 2006 marque le début du calvaire d’Ilan Halimi, un jeune homme de 23 ans et l’aîné d’une famille juive de la région parisienne. Ce jour-là, ce vendeur dans une boutique de téléphonie de la capitale est enlevé puis séquestré à Bagneux, dans les Hauts-de-Seine, par un groupe d’hommes.

Trois semaines plus tard, le jeune homme est retrouvé nu, bâillonné et menotté, en train d’agonir le long des voies ferrées du RER C, dans le département de l’Essonne. Transféré vers un hôpital, ce dernier décédera lors du trajet.

Brûlures, hématomes, plaies sous la gorge…

L’autopsie révèlera des "brûlures" sur 80 % du corps d’Ilan Halimi, de multiples "hématomes et contusions", "une plaie à la joue" faite au cutter et "deux plaies à l’arme blanche sous la gorge". Des coups non létales mais qui, ajouté au froid et à la privation de nourriture, ont affaibli considérablement le jeune homme au point de le priver de la vie.

Pendant 24 jours, Ilan Halimi a donc subi un véritable calvaire par ses ravisseurs, surnommés par la suite le "gang des barbares". Ces derniers s’en sont pris délibérément au vendeur de téléphones car il était juif et donc, pour eux, riche. En le capturant, ses ravisseurs voulaient obtenir de sa famille une rançon de 450 000 euros. Contactés à plusieurs reprises, ses proches assurent qu’ils n’ont pas une telle somme. Pour faire monter la pression, les tortionnaires d’Ilan Halimi envoient alors à sa famille des photos de lui agonisant et un enregistrement sonore dans lequel on entend la victime sangloter. N’obtenant pas de rançon, les geôliers libèrent leur victime agonisante qui finira par mourir de ses multiples blessures.

Youssouf Fofana, chef du "gang des barbares"

Le commanditaire de ce rapt sera plus identifié comme étant Youssouf Fofana qui a piloté l’enlèvement puis la gestion de cette détention entre la Côte d’Ivoire et la France. C’est d’ailleurs dans ce pays africain qu’il sera arrêté le 23 février avant d’être extradé vers la France où il sera condamné à la perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de 22 ans. Quand on lui demandait son identité, Youssouf Fofana répondait : "Arabe, Africain, islamiste, salafiste". En tout, 23 personnes ont été condamnées à des peines allant de six mois avec sursis à 18 ans de prison, dont une femme, Emma Yalda, qui avait servi d’appât pour séduire Ilan Halimi et l’attirer dans le piège du "gang des barbares".

Publicité
A l’époque, l’affaire avait fait grand bruit, notamment pour son caractère antisémite. "Le monde juif a été très secoué par cette affaire et, à juste titre, les juifs de France ont pu trouver que l'émotion exprimée dans la population n'était pas à la hauteur", a déclaré à BFMtv Michel Wieviorka, spécialiste de l'antisémitisme. Aujourd’hui, une plaque commémorative sur les lieux du drame, à Bagneux, rappelle le calvaire enduré par Ilan Halimi, il y a dix ans.

Vidéo sur le même thème : 24 jours, la vérité sur l'affaire Ilan Halimi

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité