Dans La récréation, Frédéric Mitterrand parle de ses années passées au gouvernement en tant que ministre de la Culture. Il dévoile aujourd’hui les coulisses du pouvoir, parle des relations entre les anciennes têtes dirigeantes, et fait aussi quelques confidences surprenantes. 

© AFP

Dans La Récréation, en librairies le 24 octobre, Frédéric Mitterrand raconte ses années en tant que ministre de la Culture sous l’ère Sarkozy. Une expérience pendant laquelle il a amassé tout un tas de petites anecdotes, qu’il dévoile aujourd’hui. Il révèle par exemple que les relations entre l’ancien président et son Premier ministre étaient plutôt tendues. Si François Fillon affirmait devant la presse que Nicolas Sarkozy et lui étaient « comme les deux doigts de la main », en coulisse il en était tout autre chose.

Dans les coulisses du pouvoirD’après Frédéric Mitterrand, Nicolas Sarkozy et François Fillon se livraient à des échanges de tirs croisés. « Il lit les journaux. Et quand il a fini des les lire, qu’est-ce qu’il fait ? Il les relit ? » aurait ainsi lancé l’ancien chef de l’Etat en parlant de son Premier ministre. Lequel en avait autant à son actif : « il est tellement mal élevé. C’est incroyable ce qu’il peut être mal élevé » aurait ainsi déclaré François Fillon.

Des confidences sur François FillonMais Frédéric Mitterrand fait aussi quelques confidences, plutôt surprenantes, note Le Point. L’ancien ministre écrit en effet, en parlant de François Fillon, « je suis frappé par la beauté physique de cet homme, ce dont personne ne parle jamais ». Des déclarations qui n’avaient pas non plus échappé à Laurent Ruquier. Invité d’On n’est pas couché samedi dernier, Frédéric Mitterrand s’est expliqué, et a justifié son choix de parler librement de la beauté d’un homme.

Publicité
« Ce tabou, je le trouve insupportable »Pour lui, il est « important d'en parler parce que c'est un tabou, et ce tabou je le trouve insupportable comme beaucoup d'autres. Je ne vois vraiment pas pourquoi on ne dirait pas qu'un homme joue de sa séduction - car les hommes jouent de leur séduction autant que les femmes » a-t-il indiqué. « Quant à la beauté, je ne veux pas faire de la démagogie, mais je pense que tout le monde peut être beau » a déclaré Frédéric Mitterrand, pour qui « la beauté est une affaire d’intelligence, de charme et de discipline ». « Il faut arrêter de dire que les hommes ne sont pas autant allumeurs que les femmes ».

Dans la vidéo ci-dessous, François Fillon se confie sur la présidence de Nicolas Sarkozy :

Publicité