En marge de son déplacement à Andorre, François Hollande s'est exprimé sur la grève SNCF qui pertube le trafic ferroviaire depuis mardi soir. Selon lui, ça suffit, "le mouvement doit s'arrêter".

© AFP

AFP

Face à cette grève qui dure depuis trois jours, le président de la République est sorti de son silence vendredi 13 juin. En marge d’un déplacement à Andorre, le chef de l’État a invité les cheminots à cesser de perturber le trafic.

Lire aussi : SNCF : la grève des sera reconduite vendredi

"Le mouvement doit s'arrêter" a-t-il ainsi indiqué en affirmant que la réforme ferroviaire était "faite pour qu'il y ait un meilleur service public" et que les garantie réclamées par les cheminots "ont été fournies".

Les syndicats cheminots contestent toujours le projet de réforme qui prévoit entre autres la fusion entre la SNCF et RFF. "Maintenant, la réforme doit être présentée au Parlement et elle doit être votée et à un moment, et le moment est arrivé, un mouvement ça doit s'arrêter, ça ne veut pas dire que le dialogue ne puisse pas continuer" a-t-il encore déclaré.  

Des menaces sur le bac ?

Publicité
Plus tôt dans la matinée le secrétaire d'Etat aux Transports a évoqué d'éventuelles conséquences pour la bonne tenue du bac lundi. Au micro de France Info, Frédéric Cuvillier a ainsi déclaré que la première journée d'épreuve pourrait-être "menacée". Il a par la suite nuancé ses propos indiquant sur BFMTV : "le Bac n'est pas menacé, il peut y avoir des conséquences suite au mouvement de grève reconduit par deux organisations syndicales". Les organisations syndicales ont fait savoir pour leur part que la grève était reconduite pour 48h... Affaire à suivre.

A voir sur ce thème : SNCF : et si les usagers faisaient la grève de billets ?

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité