Le président François Hollande a une nouvelle fois pioché dans sa promotion de l’ENA pour nommer quelqu'un à un poste dans les hautes sphères de l'Etat. 

Une chose est sûre, François Hollande n’oublie pas d’où il vient. Ancien élève de l’ENA, le socialiste qui a accédé à la plus haute fonction de l’Etat pense souvent à ses anciens camarades de la promotion Voltaire lorsqu’il s’agit de nommer quelqu’un à un poste. Récemment, et ainsi que le rapporte Le Monde dans sa dernière édition, le chef de l’Etat a ainsi offert le poste de directeur de cabinet à l’Elysée à Jean-Pierre Hugues. Cette annonce a été faite jeudi, à l’occasion du pot de départ de Thierry Lataste, celui qui officiait jusqu’à présent à ce poste.

Quand Hollande place ses anciens camarades Ancien préfet et ex-directeur général de la Ligue de football professionnelle, Jean-Pierre Hugues a rencontré François Hollande sur les bancs de l’ENA, au même titre que plusieurs autres socialistes que le chef de l’Etat a fait entrer au gouvernement. Parmi eux, figurent notamment la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal, le ministre des Finances Michel Sapin ou encore le secrétaire général de la République Jean-Pierre Jouyet et le prédécesseur de ce dernier, Pierre-René Lemas.

A lire aussi – De la promo Voltaire aux hautes sphères, tous les casés de Hollande

Publicité
Mais François Hollande ne se limite pas qu’au gouvernement pour placer ses anciens camarades de la promotion Voltaire. Le président a également pioché dedans pour trouver le nouveau patron d’Air France, Jean-Pierre Janaillac, mais aussi le préfet de police de Paris Michel Cadot, la conseillère à la Cour des comptes Claude Revel ou encore Sylvie Hubac et Bernard Cottin, respectivement à la tête du Grand Palais et de la Caisse des dépôts et consignations.

Vidéo sur le même thème : "Notre pays est gouverné par une promo de l'ENA"

Publicité