Suite à l’annonce faite du lancement de Merci pour ce moment, le livre assassin de Valérie Trierweiler, François Hollande aurait souhaité porter plainte contre son ex-compagne avant de changer d'avis. 

La tentation était grande, mais finalement François Hollande n’a pas craqué. Le 2 septembre dernier, quand le président de la République apprend en même temps que la France entière qu’un livre écrit par Valérie Trierweiler sort deux jours plus tard sur sa relation avec son ex-compagne, la surprise est de taille.

L’Express, qui a eu l’occasion d’interroger des proches du président, rapporte qu’en façade, le chef d’État ne laissait rien paraître. Le jour même, il déjeune à l’Élysée avec Nicolas Hulot qui confirmera plus tard, l’impassibilité de François Hollande : "J’aurais été infoutu d’imaginer ce qui se passait (…) On a parlé climat, il était attentif."

Pourtant, le chef d’État est hors de lui. Il tempête contre ses services qui n’ont rien vu venir. "Il était effaré, à la limite de la parano, ce qui lui arrive rarement" confie un de ses proches. Le président doit attendre longuement que la journée se termine pour enfin se procurer le livre. Enfin, tard dans la soirée, Merci pour ce moment atterrit entre ses mains. François Hollande souhaite tout d’abord attaquer en justice Valérie Trierweiler, il hésite, puis fini par y renoncer.

À lire aussi - Valérie Trierweiler : les conséquences de son livre sur François Hollande

Un brûlot mal senti

Mais le lendemain, c’est la douche froide. Le Monde, son journal préféré, publie en avant-première des extraits du brûlot, dressant un portrait peu flatteur du président. L’aphorisme sur les "sans-dents" lui fera particulièrement du mal. Selon L’Express, le président déplore la caution apporté par le journal au livre de son ex-compagne.

Publicité
Quand le livre sort, François Hollande, qui n’a pas changé d’avis sur la plainte, reconnait publiquement qu’il a été "blessé" par les "mensonges" de Valérie Trierweiler. La suite on la connaît, rarement un livre n’aura fait une aussi belle sortie sans avoir autant été décrié.

À lire aussi - Valérie Trierweiler : les français ne l'aiment pas et François Hollande ne lui parle plus

vidéo sur le même thème - Valérie Trierweiler évacuée par la police vers Barbès