L’hebdomadaire marocain Al Watan Al Ane a récemment fait sa Une avec une photo de François Hollande grimé en Adolf Hitler. Un choix osé dont se défend le directeur de la rédaction. Découvrez ses arguments.

"Les Français vont-ils faire renaître les camps de concentration d’Hitler pour exterminer les musulmans ?". Voici le texte que la rédaction d’Al Watan Al Ane a choisi de mettre en Une de son numéro de jeudi, à côté d'une photo de François Hollande grimé en Adolf Hitler. L’hebdomadaire a en effet publié une couverture faite à partir d’un montage photo et comparant le président de la République française au dictateur nazi qui a sévit pendant la première moitié du XXe siècle. Sur cette image en sépia (comme les photos de l’époque), on peut ainsi voir François Hollande vêtu d’un uniforme nazi et affublé d’une petite moustache noire semblable à celle que portait Adolf Hitler.

"L’islamophobie a pris des proportions inquiétantes en France"

A lire aussi – Islamophobie : "Les musulmans doivent faire entendre leur voix"

Publicité
L’objectif de ce choix éditorial : tirer "une sonnette d’alarme pour la classe politique, au Maroc et en France". Contacté par France TV Info, le directeur de la publication d’Al Watan Al Ane, Abderrahim Ariri a expliqué que "depuis l’attentat contre Charlie Hebdo", la rédaction de son journal recevait "beaucoup de témoignages" indiquant que "l’islamophobie a pris des proportions très inquiétantes en France". Assurant ensuite qu’il "assume" ce choix, le journaliste a poursuivi en comparant ce qui se passe actuellement en France avec la Nuit de cristal en 1938 à Berlin. "Hitler a considéré cet assassinat comme un don du ciel et en a profité pour mobiliser les Allemands contre les juifs. L'acte terroriste est un don du ciel pour Hollande, qui en a profité pour se redonner une virginité politique", a-t-il estimé avant d’employer l’expression "Holocauste virtuel" pour décrire que ce vivent, selon lui, les musulmans en France.

Pas sûr que cela aide les relations diplomatiques tendues qu’entretiennent la France et le Maroc depuis un an. L'Elysée ne s'est pas encore exprimé.

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :