Le candidat de la droite se retrouve à nouveau au coeur d’une polémique concernant son dressing. Le candidat se serait fait offrir des costumes chez le tailleur Arnys, une maison parisienne très prisée.

Depuis 2012, François Fillon se serait fait offrir près de 48 500 euros de vêtements dont 35 000 euros auraient été réglés en espèces, a révélé le Journal du Dimanche. Par ailleurs, le 20 février dernier, deux costumes d’un montant de 13 000 auraient été payés par chèques. Nommé "politique le plus stylé" par le magazine GQ en 2010, le candidat fait très attention à son look, mais qui est son tailleur de luxe mêlé à la polémique ?

La maison Arnys a été créée en 1993, place de l’Opéra. Elle a ensuite déménagé rue de Sèvres à Saint-Germain-des-Prés. Le groupe LVMH l’a rachetée en 2012, mais son fonctionnement n'a pas changé. Le tailleur prend d’abord les mesures du client et lui fait passer 3 à 4 pièces. La durée totale de travail peut aller jusqu’à 70 heures. Toutes les coutures sauf celles de côté sont faites à la main. Les costumes coûtent minimum 6 000 euros.

La célèbre veste forestière 

Parmi les clients de la maison, de nombreux hommes politiques tels que Valéry Giscard d’Estaing, Laurent Fabius, Pierre Moscovici ou François Mitterand. Ce dernier avait acheté son célèbre chapeau en feutre noir, marqué du sceau de ses initiales. Plus qu’un tailleur, Arnys est aussi un lieu de rencontre des personnalités politiques, médiatiques et littéraires comme Andy Warhol, Jean Cocteau et Jean-Paul Sartre.

À lire aussi : François Fillon devant la justice : que va-t-il se passer ?

Publicité
Le vêtement phare du dessing de François Fillons est la veste forestière. En 2010, il l'avait portée à Brégançon, lors de sa visite avec Nicolas Sarkozy dans sa résidence d’été. Il voulait qu'elle lui donne une allure à la fois "élégante et nonchalante", a indiqué la marque. Cette fameuse veste bleue marine (voir photo) avait été popularisée par l'architecte Le Corbusier en 1947.

En vidéo sur le même thème : Sarkozy contre Royal en 2007, l'habit a-t-il fait le président ?