L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy n'a pas que le goût des voitures de courses : apparament il aime aussi beaucoup les avions. En deux semaines, il a multiplié les vols privés très coûteux.

Grand amateur de course automobile, François Fillon semble également avoir une passion pour l’avion. En deux semaines, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a dépensé plusieurs dizaines de milliers d’euros en jet privé. Pas moins de 50 000 €, en fait, comme le détaille L’Obs.

Cette somme exorbitante n’a pas été avancée pour partir en vacance : c’est ce qu’a dépensé le candidat de la droite et du centre dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle de 2017. François Fillon expliquait alors vouloir "jeter toutes [ses] forces dans la bataille, sans précaution, sans artifice, pour obtenir des résultats", comme il l’avait déclaré dans le Journal du Dimanche du 16 avril 2017. Il a donc fait appel aux services de GoodTravel, un opérateur de jets privés pour une demi-douzaine de vols.

Toutefois, ce n’est pas la seule raison qui pousse le "forcené de la Sarthe" a privilégier à ce point le jet au train, par exemple. En chute dans les sondages et confronté à des difficultés sur le terrain (enfarinage le 6 avril, par exemple, Pénélopegate, affaire des costumes...), le candidat Les Républicains souhaitait, certes, accélérer la cadence. Particulièrement après avoir été dépassé par Jean-Luc Mélenchon dans les intentions de votes. Mais, à en croire des anciens de la campagne, François Fillon avait "peur de tout". "Il a beaucoup utilisé l’avion pour être sûr de ne pas croiser la presse, un opposant ou simplement des Français", raconte l’un d’entre eux. De son côté, Thierry Solère (porte-parole démissionnaire de la campagne de François Fillon), dit ne rien savoir des voyages en jet. Il explique toutefois ne pas être très surpris, puisque l’idée avait été avancée auparavant dans la campagne. En seulement deux semaines, François Fillon a dépensé en déplacement plus de la moitié que ce que le candidat La France Insoumise a dépensé sur toute la campagne, souligne d’ailleurs l'hebdomadaire.

Un plan de vol très soutenu

Le 7 avril, François Fillon s’envole d’abord de Paris en direction d’Aurillac (Cantal). Il y visite une coopérative laitière. Quelques heures plus tard , il part pour Clermont-Ferrand, toujours en jet. Il vole sur 150 kilomètres avant de tenir le fameux meeting où il se compare à Vercingétorix. Après quoi, il repart pour Paris, sans se défaire de son avion. Cette seule journée aura coûté 8 990 €.

Entre le 11 et le 12 avril, il multiplie les vols : Paris Le Bourget-Marseille, Marseille-Chambéry, Chambéry-Lyon puis Lyon-Paris Le Bourget. Le tout pour un montant de 12 000 €.

Le 17 avril, l’association de financement de la campagne, A3F, facture 13 350 € à GoodTravel. François Fillon voyage d’Angers vers Nice, en aller-retour. Le 18 avril, le candidat LR part pour le nord de la France . Il vole de Paris Le Bourget à Calais, puis de Calais à Lille et enfin de Lille à Paris. Au total, le montant s’élève à 8 990 €.

Le 21 avril, il devait voyager jusqu’à Chamonix mais cet ultime déplacement est finalement annulé, en raison de l’attentat sur les Champs-Elysées qui s’est déroulé la veille au soir. Le candidat suspend ensuite sa campagne, mais GoodTravel facture tout de même 75% du prix du vol, comme prévu dans le devis. A3F débourse donc plus de 6 500 €.

Publicité
Au total, François Fillon a dépensé 1,45 million d’euros en frais de déplacement sur l’intégralité de la campagne. C’est près de trois fois plus que tous ses concurrents directs. D’après L’Obs, on retrouve "des dizaines" de notes d’avion et des réservations d’autocars "par centaines" afin d’acheminer les pontes de la droite et d’alimenter les différents rassemblements politiques du candidat. Là dedans, rien d’illégal pour la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP), précise le journal.

Vidéo : Les folles dépenses aériennes de François Fillon

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité