Le président du MoDem a confié jeudi soir qu’il pourrait à nouveau tenter l’aventure d’une candidature à l’élection présidentielle en 2017, à une condition.

François Bayrou était jeudi soir l’invité de "Des paroles et des actes", sur France 2. Un passage au cours duquel, l’ancien candidat aux élections présidentielles de 2002, 2007 et 2012 a confié qu’il pourrait de nouveau briguer l’Elysée en 2017. Le président du MoDem et maire de Pau a toutefois émis une condition : il ne le fera que si Nicolas Sarkozy remporte la primaire de 2016 et devient donc le candidat de la droite pour cette élection. "Si les Français se trouvaient devant un choix qui serait François Hollande, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, alors je serais face. Je serais dans la responsabilité de celui qui ne peut pas accepter que la France n’ait que ce choix-là".

Publicité
Pas "d’antipathie personnelle" envers Sarkozy mais… François Bayrou a ensuite précisé le fond de sa pensée. Affirmant n’avoir aucune "antipathie personnelle" pour le patron des Républicains, il a estimé que "Nicolas Sarkozy avait dans son rapport au pouvoir  quelque chose qui n’allait pas très bien". Le président du Modem a également expliqué à droite, sa préférence allait pour Alain Juppé. Candidat déclaré à la primaire des Républicains, le maire de Bordeaux est selon lui le plus à même de rassembler la chapelle du centre et celle de la droite. "J’aimerais un président de la République qui puisse donner raison à l’opposition. C’est une des raisons pour lesquelles je soutiens Alain Juppé, parce que je pense qu’il n’est pas lié à un parti", a souligné l’édile de Pau.

En vidéo - François Bayrou évoque les causes de la poussée du Front National

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité