Le Front national attire de nouveaux adhérents. Deux maires "sans étiquette" viennent de rejoindre ses rangs.

Si le FN se targuait déjà d’avoir gagné dix mairies au lendemain des élections municipales, aujourd’hui le parti peut se féliciter d’accueillir deux nouveaux adhérents.

A lire aussi : Pourquoi le FN a-t-il autant le cote en ce moment ?

Selon Le Canard enchaîné de ce mardi,  deux nouveaux maires, jusqu’alors "sans étiquette", viennent de demander leur carte d’adhérent au parti d’extrême droite.

Laurent Delmas, édile de la commune de Saint-Léger-en-Bray en Picardie, et Stéphane Montrelay, maire de Rans dans le Jura, rejoignent donc les rangs du parti de Marine Le Pen.

Le journal satirique souligne pourtant que le maire du Jura est un militant syndicaliste de la CFDT, syndicat loin de coller avec le FN.

La vague bleue marine

Mais que le Front National se rassure. Selon Le Canard, depuis mars 2014 le nombre de mairies FN est passé de dix à quinze, certains édiles se découvrant des affinités avec Marine Le Pen.

Certains adhérents de l’UMP, comme Fatima Allaoui d’abord nommée dans le nouvel organigramme du parti d’opposition, ont fait le choix de migrer de la droite vers l’extrême droite.

A lire aussi : Fatima Allaoui, l'ex secrétaire nationale UMP, rejoint les rangs FN

Publicité
L’hebdomadaire rappelle toutefois que depuis cette petite victoire de Marine Le Pen dans les municipalités, certains maires connaissent des démêlés judiciaires, des rejets de comptes de campagne ou ont fait parler d’eux pour des recrutements chez Génération identitaire.

A voir sur le même thème : Qui sont les nouveaux adhérents du FN ?

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité