Mis au ban du Front national, le président d’honneur tire à boulets rouges sur le bras-droit de Marine Le Pen en l’accusant d’utiliser sa fille pour ses ambitions.

La récente crise au Front national a permis de crever l’abcès entre les nouveaux et les anciens, porteurs d’une ligne et d’une vision politiques différentes.

A ce sujet, l’inimitié entre Florian Philippot, vice-président du parti, et Jean-Marie Le Pen, président d’honneur, était un secret de polichinelle. Le second pense même que le premier est à l’origine de son éviction du parti qu’il a pourtant dirigé pendant 40 ans, et a décidé de le faire savoir.

"On voit très bien qu'il (Philippot) s'empare des leviers de commande, place ses hommes, ses mignons, partout et il fait une pression constante sur Marine Le Pen et le pauvre bureau politique ne doit pas laisser des apparatchiks s'emparer de l'appareil", a-t-il regretté sur RTL. Avant de rajouter, en guise d’ultimatum : "C'est le Philippot ou Le Pen, un des deux, il faut que les choses soient claires." "On n’a pas forcément raison parce qu’on est un jeune con", a-t-il encore déclaré à l’adresse de Florian Philippot.

Florian Philippot, "un jeune trou du cul"

La semaine dernière, le "menhir" avait publié le compte-rendu de sa déclaration au bureau politique du FN qui statuait le 4 mai dernier sur une sanction à son égard. Dans ce texte, Jean-Marie Le Pen s’en prenait à plusieurs reprises au bras-droit de sa fille, parfois de manière franche, parfois sans le nommer. Surtout, il accusait déjà Florian Philippot d’être à l’origine de son départ : "Il est clair qu’il a été procédé à des recrutements massifs de collaborateurs dont l’une des caractéristiques communes, c’est de vouloir faire table rase du passé. (Remplacer les vieux cons par les jeunes trous du cul)".

Par "collaborateurs" et "jeunes trous du cul", Jean-Marie Le Pen entend parler des nouveaux arrivés au FN, principalement venus de la gauche souverainiste, dont Florian Philippot est la figure de proue. D’ailleurs, à la fin de son discours, il précisait n’avoir jamais parlé au nom du FN, "laissant ce soin aux collaborateurs socialo-gaulliste de la Présidente".

Publicité
Enfin, quelques temps après l’annonce de sa suspension du FN, Jean-Marie Le Pen s’en était pris à sa fille, l’enjoignant à changer de nom "en se mariant avec Florian Philippot", or celui-ci est homosexuel.

Vidéo sur le même thème : "Jean-Marie Le Pen a envie de mettre en relief l'homosexualité de Florian Philippot" 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité