Une élue frontiste en région PACA a comparé le vice-président du FN à "une lierre qui envahit l’arbre" et qui finira "par l’étouffer". Plus généralement, une fronde anti-Philippot serait en germe au sein du parti.

Depuis la fin du printemps, les oreilles de Florian Philippot, vice-président du Front national, ne cessent de siffler… Et pour cause, son homosexualité et ses prises de position à l’encontre de Jean-Marie Le Pen en ont fait une cible privilégiée depuis la tentative d’éviction de ce dernier du parti.

Dernière "frondeuse" en date, Lydia Schénardi, conseiller régional en Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), et second vice-président du groupe FN dans la région. Dans un communiqué diffusé sur des sites d’extrême droite, indique Le Lab, celle-ci s’en prend directement à Florian Philippot après la suspension du parti du conseiller régional Laurent Comas et du vice-président du groupe au conseil régional, Jean-Louis Bouguereau.

"On sait que le lierre finit par étouffer l’arbre…"

"Oui, j’ose l’affirmer, monsieur Philippot aussi brillant soit-il, n’est que le lierre invasif qui s’accroche au FN et à sa présidente, pour monter toujours plus haut avec une influence néfaste pour notre mouvement (…) Or l’on sait que le lierre finit par étouffer l’arbre…", déclare-t-elle.

Une semaine plus tôt, le 10 juillet, plusieurs élus régionaux frontistes en PACA avaient réclamé la démission du bras droit de Marine Le Pen, en l’accusant d’être à l’origine d’une crise interne au FN suite à l’épisode Jean-Marie Le Pen. Du côté des pro-Marine Le Pen dans la région, on parlait plutôt de rancœurs suite aux investitures pour les futures élections régionales, en décembre.

A lire aussiFlorian Philippot, un "jeune con" selon Jean-Marie Le Pen

Publicité
Plus généralement, au sein du Front national, certains s’interrogent sur la présence de Florian Philippot auprès de la présidente et de son rôle joué dans la tentative d’éviction de Jean-Marie Le Pen du parti. Ce dernier ne manque d’ailleurs pas de répéter à longueur d’interview tout le mal qu’il pense du vice-président du mouvement qu’il a cofondé en 1972.

Vidéo sur le même thème : Philippot et les "mignons": "Ça déshonore celui qui insulte pas celui est visé"