Vidéos A la une
Le parti du Centre de Juha Sipilä remporte les élections législatives. L'ex-homme d'affaires, qui a promis une rupture avec une coalition gouvernementale sortante paralysée par les dissensions droite-gauche, devrait être le futur Premier ministre. Le conservateur Alexander Stubb, chef du gouvernement sortant a reconnu sa défaite ce dimanche. Des projections indiquaient que les Vrais Finlandais, parti de droite eurosceptique, seraient en deuxième position. Yuha Sipilä, qui a refusé de dire avec qui il souhaitait gouverner, devrait avoir un large choix pour trouver des partenaires. 'La situation de la Finlande est très difficile et il faudra un projet de 10 ans pour la remettre en forme, a prévenu Yuha Sipila. Et c'est une combinaison de coupes, de réformes et de croissance dont nous aurons besoin à l'avenir'. Le parti du Centre a promis la création de 200 000 emplois en 10 ans, le taux de chômage de 9,2% étant au plus haut depuis 2003 dans le pays. Avec AFP et Reuters
Vidéos A la une
Les Finlandais renouvellent leur Parlement ce dimanche. C'est le député Juha Sipilä, chef du Parti du centre - parti de l'opposition donné favori dans les sondages - qui pourrait devenir le futur Premier ministre et donc succéder au conservateur Alexander Stubb. Le chef du gouvernement sortant risque d'être désavoué par des électeurs lui reprochant l'absence de résultats. Quant à Timo Soini, président du parti de droite eurosceptique des Vrais Finlandais, il aimerait s'imposer au gouvernement. Il a l'ambition de dépasser les conservateurs et les sociaux-démocrates. Dans un pays qui se débat avec une stagnation de l'activité et un taux de chômage au plus haut depuis 2003, à 9,2%, des Finlandais réclament des mesures efficaces. 'La première priorité devrait être d'arrêter d'accumuler les dettes, et de faire des économies, de faire en sorte qu'il y ait du travail, indiquait une résidente à Helsinki. C'est bénéfique pour les gens de travailler, de ne pas rester à la maison sans emploi'. La participation à ce scrutin s'annonçait en hausse. Les premiers sondages sortie des urnes sont attendus après la fermeture des bureaux de vote prévue à 19h, heure de Paris. Avec AFP et Reuters
Vidéos A la une
Quatre millions d'électeurs choisissent ce dimanche leurs nouveaux députés et devraient se débarrasser de leur Premier ministre conservateur, arrivé en 2011, et jusqu'ici incapable d'enrayer l'augmentation du déficit du pays. Premier dans les sondages avec 24% des voix, le parti centriste de Juha Sipilä, probable futur Premier ministre, devrait donc ce soir être en position de former une coalition gouvernementale. L'alliance devrait se négocier avec, outre les conservateurs sortants, le parti des Vrais Finlandais, de Timo Soini, ou celui des socio-démocrates. La fin de l'Edorado Si le groupe finlandais Nokia se porte aujourd'hui bien et s'apprête à racheter le français Alcatel-Lucent, en 2013 le rachat de son activité mobile par Microsoft a signé la fin de l'eldorado finlandais des télécoms. La région de Pirkanmaa connaît aujourd'hui un taux de chômage de 16% : impensable il y a dix ans. De fait, le chômage et le retour à la croissance sont aujourd'hui les deux enjeux des législatives finlandaises.
Publicité