Dans l'enquête portant sur l'authentification du document publié par Mediapart concernant le supposé financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, plusieurs versions s'affrontent. Plus de détails.

Ce sont deux versions portant sur le financement libyen supposé de la campagne Nicolas Sarkozy en 2007 qui s’affrontent aujourd’hui. D’un côté, un travail de la version française de Vanity Fair laisse entendre que le document serait purement et simplement un faux.

De l’autre, une mise au point de Mediapartlivre d’autres avancées de l’enquête judiciaire en cours qui conforteraient l’authenticité du document. Alors qui croire ? Que disent les rapports d’enquêtes et les conclusions des journalistes ? Planet.fr fait le point sur cette affaire qui pourrait gêner le retour de Nicolas Sarkozy.   

La  signature du chef du renseignement libyen falsifiée

L’enquête qui a suivi la plainte déposée pour "faux" par Nicolas Sarkozy contre Mediapart a mené les juges à se rendre au Qatar le 5 août dernier pour y rencontrer l’ancien patron des services secrets libyens Moussa Koussa dont la signature figure sur  le bas dudit document. Quand les magistrats lui tendent le document en question, l’ex ministre de Kadhafi est catégorique : "Ce n'est pas ma signature, ce document est falsifié".

Lire aussi : Ces affaires qui pourraient gêner le retour de Nicolas Sarkozy

Ce dernier dit ignorer si une tierce personne a essayé de reproduire sa signature ou s’il s’agit de la signature d’un autre responsable. Moussa Koussa indique aux enquêteurs qu’il pense que c’est l’ancien Premier ministre du Guide, Baghdadi al Mahmoudi, qui est l’auteur de ce document.

Mais, l’homme ne conteste pas la teneur de la note et se montre mystérieux. "Je ne vous ai pas dit que c'était faux ou pas faux" prévient-il avant de déclarer "le contenu n’est pas faux, mais la signature est fausse".  

Les éléments qui convergent vers une authentification

Si comme l’indique Vanity Fair tous les protagonistes ont nié ou se sont contredits dans leurs déclarations, Mediapart publie les conclusions des experts mandatés par la justice pour déterminer l’authentification du document.

Et selon le rapport des gendarmes, "de l'avis unanime des personnes consultées, le document publié par Mediapart présente toutes les caractéristiques de forme des pièces produites par le gouvernement libyen de l'époque, au vu de la typologie, de la datation et du style employé" ce qui, aux yeux du site d’investigation "accrédite l'authenticité du document officiel libyen".

Lire aussi : Financement libyen : ce témoin qui accable Nicolas Sarkozy

Publicité
En outre, l’encre, la typographie ou encore la date du document le rende crédible aux yeux des différents experts consultés par la justice. "De plus, le fonctionnement institutionnel libyen que suggère le document n’est pas manifestement irréaliste" précise le rapport de la section de recherches de Paris. Dans les colonnes du JDD, Nicolas Sarkozy disait en avoir fini avec cette affaire. L'enquête montre que cette histoire est au contraire loin d'être terminée.

Vidéo sur le même thème : Nicolas Sarkozy mis en examen - 02/07