François Fillon a officiellement annoncé sa candidature pour la primaire UMP en vue de la prochaine présidentielle. L’occasion de faire le point sur les autres personnalités politiques qui ont déjà manifesté leurs intentions pour cette élection.

Les partis politiques sont en ordre de bataille pour la prochaine élection présidentielle. A deux ans du scrutin, certains ténors ont même déjà annoncé qu’ils seraient candidats à la succession de François Hollande. C’est notamment le cas de François Fillon.

François Fillon vient de l’annoncer

L’ancien Premier ministre l’a en effet indiqué au Pointce jeudi. Mettant un terme à plusieurs mois de (faux) suspense, il a en effet déclaré être candidat à la primaire UMP en vue de l’élection présidentielle de 2017. "Je suis candidat  pour porter un projet de rupture et de progrès autour d’une ambition : faire de la France la première puissance européenne en dix ans", a-t-il expliqué.

Manuel Valls, a priori non

Alors qu’il était interrogé par Michel Denisot dans "Conversation secrète" (Canal+), le Premier ministre a affirmé que la candidature de François Hollande à la présidentielle de 2017 était "non seulement naturelle, mais nécessaire". Coupant court aux rumeurs selon lesquelles il pourrait se mettre en travers de la route du président lors de la prochaine course à l’Elysée, Manuel Valls a également assuré : "Moi, je ferai tout, je serai d’une loyauté absolue, pour l’aider et le soutenir". Le chef du gouvernement n’a en revanche rien dit de ses intentions si jamais François Hollande ne se présentait pas.

Alain Juppé, Xavier Bertrand et Christian Estrosi : c’est sûr

Bien avant François Fillon, à l’UMP certains avaient déjà annoncé qu’ils voulaient briguer l’Elysée en 2017. C’est le cas d’Alain Juppé, le maire de Bordeaux, de Xavier Bertrand le député de l’Aisne et maire de Saint-Quentin et de Christian Estrosi, le maire de Nice.  

Bruno Le Maire devrait l’annoncer prochainement

L’ancien ministre UMP devrait lui aussi rejoindre les rangs de ceux qui se rêvent à l’Elysée en 2017. Il a en effet laissé entendre qu’il pourrait officialiser sa candidature à la primaire UMP "début 2016".

NKM : un problème de soutiens

Nathalie Kosciusko-Morizet n’exclurait pas de se lancer dans la course. Mais la numéro 2 de l’UMP craint de ne pas réussir à réunir le nombre de parlementaires nécessaires pour appuyer sa candidature. Aussi, tente-elle de faire passer le nombre d’élus requis de 20 à 15.

Nicolas Dupont-Aignan renonce

Nicolas Dupont-Aignan a lui aussi fait part de ses intentions : ce sera sans lui. Une décision qui a amusé Jean-Pierre Raffarin. Au micro du "Supplément" de Canal+, l’ancien Premier ministre a en effet ironisé sur la manière dont l’UMP avec accueilli sa non-candidature : "On a décidé après quand même plusieurs heures de débat de maintenir le processus et d’aller jusqu’au bout malgré cette nouvelle qui a quand même secoué, éprouvé beaucoup le bureau politique".

François Bayrou : si Alain Juppé est battu par Nicolas Sarkozy à la primaire

Celui qui a déjà été candidat à trois élections présidentielles (2002, 2007 et 2012) a expliqué qu’il pourrait renoncer à celle de 2017 si, et seulement si, Alain Juppé était battu par Nicolas Sarkozy lors de la primaire UMP. "J’ai été candidat à l’élection présidentielle, et j’y réfléchis pour ce qu’elle entraînera pour la France. Si Alain Juppé est choisi, je le soutiendrai (…). S’il est éliminé, un grand nombre de Français, dont je fais partie, ne trouverait pas la voie qu’ils considèrent être celle de l’avenir du pays, c’est ce qui pose question, et ce n’est pas une question que l’on élude facilement (…). Je réfléchirais à la situation et je serais libre des choix que je ferais à cette époque là si cette hypothèse se présentait, ce que je ne souhaite pas", a déclaré le président du MoDem sur Radio Classique.

Marine Le Pen se prépare à être présidente

La présidente du Front National sera candidate lors de la prochaine course à l’Elysée. "Je me prépare à être présidente de la République. Il est en train de se passer quelque chose. Le niveau du FN ne cesse de monter", a-t-elle-même affirmé en mars dernier.

Nicolas Sarkozy et François Hollande : rien n’est sûr

Publicité
Le bruit court depuis plusieurs mois que le président de l’UMP sera candidat. C’est même ce qui aurait motivé son grand retour en politique en septembre dernier. Mais Nicolas Sarkozy veille à entretenir ce secret de polichinelle. Du côté, de son ancien rival,  le suspense est également de mise. François Hollande n’a encore rien annoncé à ce sujet.   

Vidéo sur le même thème - Manuel Valls dans "Le Supplément" de Canal+

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité